Profil d'espèce

Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs

Nom scientifique : Coregonus kiyi kiyi
Taxonomie : Poissons
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2005
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Espèces apparentées

Espèce Statut
COSEPAC
Statut
sous la
LEP
Kiyi Non active Préoccupante

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs

Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs Photo 1

Haut de la page

Description

Le cisco kiyi (Coregonus kiyi kiyi) est l’une des espèces de cisco qui vit dans les eaux les plus profondes au Canada. Il appartient à la famille des salmonidés et présente les caractéristiques suivantes : un corps comprimé latéralement et de grands yeux représentant de 22 à 26 pour cent de la longueur de la tête; une bouche terminale dotée d’une mâchoire inférieure habituellement plus longue que la mâchoire supérieure; une couleur argentée sur la plus grande partie du corps avec quelques reflets roses et violets; de longues nageoires paires; une maturité sexuelle atteinte entre les âges de deux et cinq ans; et une longueur comprise généralement entre 100 et 200 millimètres et un poids atteignant habituellement de 10 à 60 grammes, mais toutefois, des spécimens dépassant les 300 millimètres et les 125 grammes ont déjà été observés.

Haut de la page

Répartition et population

Le cisco kiyi est endémique dans tous les Grands Lacs laurentiens, à l’exception du lac Érié. Il semblerait que la population du secteur Supérieur des Grands Lacs (Coregonus kiyi kiyi) ne vive actuellement que dans le lac Supérieur. Considérée comme disparue, sa présence a été observée pour la dernière fois dans le lac Huron en 1973 et dans le lac Michigan en 1974. La population du lac Ontario (Coregonus kiyi orientalis) est considérée comme ayant disparu; la dernière observation remonte à 1964. Il semblerait que le cisco kiyi soit très répandu dans les eaux profondes de la zone extracôtière (c’est généralement à 150 mètres de profondeur qu’il est le plus abondant) et qu’il constitue une large proportion de la communauté de poissons du lac Supérieur. On le trouve également, en quantité moindre, dans les eaux peu profondes près des côtes. La nuit, le cisco kiyi se rend dans des eaux moins profondes, généralement à des profondeurs inférieures à 50 mètres, à la recherche de proies.

Haut de la page

Habitat

On connaît très peu les préférences en matière d’habitat et le cycle biologique du cisco kiyi. Il vit dans des eaux claires et froides, à des profondeurs allant de 10 mètres à 305 mètres. C’est entre 130 mètres et 150 mètres qu’on a trouvé les abondances les plus élevées. Des spécimens de cisco kiyi ont été recueillis sur les fonds d’argiles et les substrats de boue des lacs. Le frai a généralement lieu à la fin de l’automne à des profondeurs supérieures entre 91 et 168 mètres. La maturité est atteinte entre l’âge de deux et cinq ans. L’âge maximal enregistré est de 22 ans chez la femelle et de 16 ans chez le mâle. Le cisco kiyi est une proie de la lotte (Lota lota) et des espèces de touladi vivant en eaux profondes (Salvelinus namaycush). De plus, les œufs de cisco kiyi sont la proie d’autres poissons, notamment du grand corégone (Coregonus clupeaformis). Le cisco kiyi se nourrit de crustacés d’eau profonde tels que le Mysis relicta et le Diporeia hoyi. Les proies secondaires du kiyi sont les chironomes, les Bythotrephes, les copépodes calanoïdes, les myes et les Daphnia spp.

Haut de la page

Biologie

Le frai a généralement lieu à la fin de l’automne à des profondeurs supérieures entre 91 et 168 mètres. La maturité est atteinte entre l’âge de deux et cinq ans. L’âge maximal enregistré est de 22 ans chez la femelle et de 16 ans chez le mâle. Le cisco kiyi est une proie de la lotte (Lota lota) et des espèces de touladi vivant en eaux profondes (Salvelinus namaycush). De plus, les œufs de cisco kiyi sont la proie d’autres poissons, notamment du grand corégone (Coregonus clupeaformis). Le cisco kiyi se nourrit de crustacés d’eau profonde tels que le Mysis relicta et le Diporeia hoyi. Les proies secondaires du kiyi sont les chironomes, les Bythotrephes, les copépodes calanoïdes, les myes et les Daphnia spp.

Haut de la page

Menaces

La surpêche commerciale est probablement le facteur à l’origine du déclin du cisco kiyi dans les lacs Huron, Michigan et Ontario. Il se peut que les populations restantes de cisco kiyi dans les lacs Huron et Ontario soient entrées en compétition avec des espèces de poisson introduites telles que la lamproie marine (Petromyzon marinus), le gaspareau (Alosa pseudoharengus) et l’éperlan (Osmerus mordax), ou qu’elles aient servi de proies à ces espèces. D’autres problèmes actuels, notamment la dégradation de la qualité de l’eau (résultant des pressions continues exercées par les contaminants et l’apport en nutriments), ont aussi sans doute un impact sur la survie et l’habitat du cisco kiyi. On a établi que le changement climatique est un facteur qui pourrait empirer la situation dans l’avenir. Enfin, certains agents pathogènes, notamment la septicémie hémorragique virale (SHV), sont susceptibles de causer une mortalité massive chez diverses espèces de poissons. La SHV a été détectée dans le bassin versant du lac Supérieur en 2010. De futures éclosions de cet agent pathogène pourraient entraîner la décimation de la population restante de cisco kiyi.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Kiyi (2005)

    Kiyi du lac Ontario L'espèce était « préoccupante » en avril 1988. L'espèce a été divisée en deux sous-espèces (Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs et Kiyi du lac Ontario) en mai 2005. Le Kiyi du lac Ontario a été désignée « disparue ». Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation. ________________________________________________________________ Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs L'espèce était « préoccupante » en avril 1988. L'espèce a été divisée en deux sous-espèces en mai 2005 (Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs et Kiyi du lac Ontario). Le Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs a été désignée « préoccupante » en mai 2005. Dernière évaluation fondée sur une mise à jour d'un rapport de situation.

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Kiyi du secteur supérieur des Grands Lacs (2005)

    Cette sous-espèce, qui ne se trouve actuellement que dans le lac Supérieur, est disparue des lacs Huron et Michigan en raison d’un ensemble de facteurs qui comprennent l’exploitation et l’introduction d’espèces exotiques. La disparition de ce poisson des lacs Huron et Michigan s’est produite sur plus de trois générations dans le passé. La population restante du lac Supérieur semble stable et fait l’objet d’une petite pêche réglementée. D’autres menaces, telles que l’introduction d’espèces exotiques, qui ont eu une incidence sur les populations dans la région inférieure des Grands Lacs, ne semblent pas importantes dans le lac Supérieur.

Plans de gestion

  • Plan de gestion pour kiyi, des Grands Lacs supérieurs (Coregonus kiyi kiyi) au Canada (2016)

    En 2005, le cisco kiyi (des Grands Lacs supérieurs) a été désigné comme une espèce préoccupante au Canada par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrit en 2007 à l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril. Cette désignation par le COSEPAC a été faite sur la base de la disparition de l'espèce dans le lac Huron (ainsi que dans le lac Michigan aux États-Unis); la présence du kiyi est ainsi restreinte au lac Supérieur. Il semble que l'introduction d'espèces envahissantes et l'exploitation soient les causes principales du rétrécissement de l'aire de répartition du kiyi, et que la destruction de son habitat, l'eutrophisation et les rejets toxiques soient aussi probablement en cause. Une sous-espèce qui peuplait le lac Ontario par le passé a été déclarée « disparue » par le COSEPAC et n'est donc pas couverte par le présent document.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2007) (2007)

    Le Décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation de 40 espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en vertu de l'alinéa 15(1)a) et conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, ont disparu du pays, sont en voie de disparition ou menacées, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2007)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2005 (2005)

    Le rapport annuel de 2005 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : Novembre 2005 (2005)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.