Profil d'espèce

Lotier à feuilles pennées

Nom scientifique : Lotus pinnatus
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2004
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Lotier à feuilles pennées

Lotier à feuilles pennées Photo 1

Haut de la page

Description

Le lotier à feuilles pennées est une plante herbacée vivace basse, au port étalé. Cette plante possède une courte tige souterraine produisant en moyenne trois à six tiges plus ou moins dressées mesurant de 15 à 60 cm de longueur. Les feuilles, disposées en alternance autour des tiges, sont composées, c’est-à-dire qu’elles sont divisées en parties appelées folioles. Les folioles, au nombre de cinq à neuf, sont ovales et mesurent de 1 à 2,5 cm de longueur. Comme son nom l’indique, les feuilles du lotier sont aussi pennées, ce qui signifie que les folioles sont disposées de chaque côté de leur queue commune comme les barbes d’une plume. Les feuilles sont accompagnées d’une paire de stipules, des appendices ressemblant à de petites feuilles. Ces stipules membraneuses, en forme d’œuf élargi en haut, sont longues de 3 à 10 mm. Les fleurs, semblables à celles du pois, sont de couleur jaune et crème, quoique certaines prennent une teinte rougeâtre en vieillissant. Elles sont réunies en ombelles compactes comptant de trois à 12 fleurs chacune. Ces inflorescences sont portées au bout de longs pédoncules prenant naissance à l’aisselle des feuilles. Même s’ils en sont généralement dépourvus, les pédoncules sont parfois accompagnés d'une petite feuille, ou bractée, membraneuse. La corolle, formée par l’ensemble des pétales, mesure de 10 à 15 mm de longueur. Les pétales sont soudés d’un côté, et cette suture se prolonge en un bec bien marqué qui pointe vers l'extérieur de l'inflorescence. Le calice, formé par l’ensemble des sépales verts situés à la base des fleurs, est un tube de 4 à 8 mm de long, pourvu de petites dents. Le fruit du lotier à feuilles pennées est une fine gousse qui mesure de 3 à 6 cm de longueur et de 1,5 à 2 mm de largeur. Chaque gousse renferme de cinq à 20 graines cylindriques, de couleur brun foncé à noires, marbrées de vert-olive, luisantes et longues d'environ 1,5 mm.

Haut de la page

Répartition et population

Le lotier à feuilles pennées est présent dans l’ouest de l'Amérique du Nord, où il se rencontre dans le sud-est de l'île de Vancouver, en Colombie-Britannique, ainsi qu'à l'ouest des monts Cascades et le long de la gorge du Columbia, depuis le nord-ouest du Washington jusqu'au centre de la Californie, aux États-Unis. Au Canada, l’espèce compte aujourd’hui sept populations connues, toutes situées près de Nanaimo, dans l’île de Vancouver, ou dans l'île Gabriola voisine. En 2003, entre 1 500 et 2 000 individus occupant une superficie totale de 650 m2 ont été recensés. Les populations autrefois signalées dans deux autres localités n'ont pas été retrouvées et ont probablement disparu. Au cours des dernières années, de nombreuses heures ont été consacrées à la recherche minutieuse du lotier à feuilles pennées dans la province. Malgré cet effort, aucun nouveau site n’a été découvert. Il demeure toutefois possible que d’autres populations de cette espèce existent, puisqu’une partie des milieux propices se trouve dans des terrains privés auxquels l’accès était limité. En l'absence d’une étude à long terme du lotier à feuilles pennées, il est difficile d’évaluer les tendances de ses populations de la Colombie-Britannique. Il semble toutefois que le nombre d'individus a augmenté dans un des sites, celui de l'île Gabriola. En effet, ce site comptait de 65 à 70 individus en 2003, alors qu'un seul individu avait été observé en 1996. L'espèce a donc réussi à se propager dans ce milieu propice, mais rien n'indique qu’elle soit à l’abri d’un aménagement futur du terrain privé où elle se trouve. Par ailleurs, les populations canadiennes sont situées à une distance d'environ 240 km de la population la plus proche à avoir été signalée dans l’État de Washington. Par conséquent, si jamais les populations canadiennes venaient à disparaître, il est très improbable qu'une population puisse à nouveau s'établir au Canada.

Haut de la page

Habitat

En Colombie-Britannique, le lotier à feuilles pennées affectionne les prés humides dégagés, au bord de ruisseaux, dans des fossés humides ou dans des terrains suintants. Dans ces milieux plutôt rares, les eaux souterraines affleurent et les plantes sont en contact étroit avec de l’eau fraîche courante. De plus, les sols minces, recouvrant une couche rocheuse légèrement inclinée, tendent à rester humides depuis la fin de l'automne jusqu'au printemps mais à s'assécher durant l'été, lorsque les précipitations sont faibles et les températures, élevées. La plante bénéficie ainsi d'une humidité abondante pendant toute la période de croissance et de floraison. Les plantes les plus souvent associées au lotier à feuilles pennées sont le Mimulus guttatus, le Triteleia hyacinthina, le Plectritis congestus, le Plagiobothrys scouleri, le Veronica beccabunga ssp. americana et le Montia parvifolia.

Haut de la page

Biologie

Le lotier à feuilles pennées est une plante vivace qui produit plusieurs pousses chaque printemps. Les fleurs apparaissent en mai et s'ouvrent vers le début juillet. On dispose de peu d’information sur la biologie de reproduction de cette espèce. On sait toutefois qu’une pollinisation croisée est normalement nécessaire à la production de graines viables. En effet, les fleurs du lotier doivent être fécondées par du pollen provenant d’autres individus même si elles sont hermaphrodites (possédant à la fois des organes reproducteurs mâles et femelles). Les insectes pollinisateurs spécifiques à l’espèce n’ont pas encore été identifiés, mais les fleurs semblent adaptées à la pollinisation par les abeilles, y compris les bourdons. Vers la mi-juillet, les gousses commencent à s'ouvrir et libèrent des graines mûres à proximité du plant jusqu'en août. Comme celles des autres légumineuses, les graines du lotier sont protégées par une enveloppe dure qui, dans certains cas, peut retarder la germination pendant plusieurs mois ou plusieurs années. Normalement, la germination des graines et le début de la croissance surviennent à la fin de l’hiver et au début du printemps, alors que la température et l’humidité du sol sont idéales. On ne dispose d’aucune information sur la durée de vie moyenne des individus, mais on sait que cette plante vivace peut vivre plusieurs années si les conditions sont favorables.

Haut de la page

Menaces

Ajoutée à la faible étendue des milieux propices à l’espèce et à la petite taille des sept populations connues, la perte d'habitat constitue une menace grave et urgente pour le lotier à feuilles pennées au Canada. Une demande a été déposée pour l'aménagement d'un terrain de caravaning sur le site qui abrite la seule population importante de cette espèce au pays. Cette population est également menacée par la dégradation de son habitat liée à l'utilisation intensive de véhicules tout-terrain à des fins récréatives. De plus, les travaux d'exploitation forestière effectués à proximité de la population principale augmentent le risque de colonisation par des plantes envahissantes. Après la destruction de l'habitat, la principale menace actuelle pour le lotier à feuilles pennées est en effet la compétition exercée par les autres espèces végétales.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Lotier à feuilles pennées est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

À l'heure actuelle, le lotier à feuilles pennées n’est pas protégé par la loi provinciale de la Colombie-Britannique. La petite population située dans la réserve écologique des monts Woodley est protégée, jusqu'à un certain point, par le fait qu'elle se trouve dans une réserve écologique. Par ailleurs, les plantes de ce site sont menacées par l'utilisation qui est faite des terres voisines, comme l'usage de véhicules tout-terrain, l'exploitation forestière et le déboisement.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement multi-espèces visant les plantes en péril des mares printanières et autres milieux humides saisonniers associés aux chênaies de Garry au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'écosystème des chênes de Garry

  • Conan Webb - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 250-478-5153  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Lotier à feuilles pennées (Lotus pinnatus) au Canada (2004)

    Le Lotus pinnatus (lotier à feuilles pennées) est une plante herbacée vivace basse et multicaule à feuilles composées-pennées. Les fleurs, semblables à des fleurs de pois et de couleur jaune et crème, sont réunies en ombelles à l'extrémité de longs pédoncules axillaires. Le L. pinnatus se distingue des autres espèces de Lotus par son cycle vivace, ses stipules papyracées, ses fleurs jaune et crème ainsi que ses pédoncules floraux dépourvus de bractée ou munis d'une seule bractée, qui est membraneuse.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Lotier à feuilles pennées (2004)

    Quelques petites populations fragmentées géographiquement limitées et se trouvant dans des prés humides d'occurrence limitée à une grande distance de l'aire de répartition principale de l'espèce dans le nord-ouest des États-Unis. Les populations sont menacées par la perte de leur habitat, qui se poursuit, et par l'empiètement des espèces envahissantes ainsi que par les activités des véhicules tous terrains récréatifs, auxquels s'ajoute la possibilité de pertes importantes provoquées par le développement commercial prévu dans l'habitat où se trouve la seule population restante de bonnes dimensions.

Programmes de rétablissement

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2004)

    Le décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2005)

    Conformément à l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril (LEP), le ministre de l'Environnement recommande que 43 espèces soient ajoutées à l'annexe 1, soit la Liste des espèces en péril. Cette recommandation est fondée sur les évaluations scientifiques effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et sur les consultations avec des gouvernements, des peuples autochtones, des conseils de gestion des ressources fauniques, des intervenants et le public canadien.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2004 (2004)

    Le rapport annuel de 2004 présenté au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : novembre 2004 (2004)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles.