Profil d'espèce

Physe du lac Winnipeg

Nom scientifique : Physa sp.
Taxonomie : Mollusques
Distribution : Manitoba
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2012
Dernière désignation du COSEPAC : Données insuffisantes
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Taxinomie | Photo | Description | Habitat | Biologie | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Physe du lac Winnipeg

Physe du lac Winnipeg Photo 1

Haut de la page

Taxinomie

Les scientifiques croient que la physe du lac Winnipeg est une nouvelle espèce, une espèce qui risque de disparaître avant même d’avoir reçu un nom scientifique complet. Elle appartient à la famille des physidés et elle est nettement distincte des trois autres espèces d’escargots de la même famille qui se trouvent aussi dans le lac Winnipeg.

Haut de la page

Description

La coquille en forme de sphère de la physe du lac Winnipeg, dont la longueur ne dépasse généralement pas 11 mm, est fragile. La spire (les tours d’une coquille spiralée, à l’exception du dernier) est aplatie, si bien que la physe a l’air relativement large; la surface de la coquille est terne et souvent piquetée. Les coquilles fraîches sont gris bleuâtre, et la peau des physes vivantes, de couleur gris pâle, est légèrement saupoudrée de taches noires.

Haut de la page

Répartition et population

La physe du lac Winnipeg n’ayant pas été officiellement décrite, il n’est pas surprenant qu’aucune information n’ait encore été publiée sur sa répartition. Elle semble toutefois n’être présente que dans le lac Winnipeg. Des relevés à grande échelle dans près d’un millier de sites au Manitoba, en Ontario, en Saskatchewan, au Dakota du Nord et au Minnesota, y compris dans les lacs avoisinant le lac Winnipeg et dans ses affluents, n’ont pas permis de découvrir cette physe ailleurs que dans le lac Winnipeg. La physe du lac Winnipeg est très inégalement répartie dans le lac. Sa présence n’a été constatée que dans 5 des 90 stations étudiées en 2001. La disparition de physes de deux sites connus antérieurement semble indiquer que la population connaît un déclin.

Haut de la page

Habitat

La physe du lac Winnipeg vit sur des roches couvertes d’algues qui sont immergées juste sous la surface, dans des zones ouvertes et balayées par les vagues près de la rive du lac. Le fond du lac est d’habitude constitué d’un mélange de sable, de gravier et de roches ou, parfois, de galets calcaires. La physe du lac Winnipeg n’est en général présente qu’aux endroits où se trouvent un nombre plus élevé d’autres espèces d’escargots, soit, en moyenne, 6,2 espèces d’escargots par site, tandis que la moyenne globale pour les sites où il y a des escargots est de 3,9 espèces. Au moins une autre espèce de physe est en outre toujours présente là où il y a des physes du lac Winnipeg. Il semble que la physe du lac Winnipeg soit sensible à la contamination par le métal : la teneur en cadmium, en cuivre et en plomb dans l’eau des sites où elle a été observée était beaucoup plus faible que celle des sites d’où elle était absente.

Haut de la page

Biologie

La physe du lac Winnipeg se nourrit d’algues. D’autres espèces de physes présentes dans le lac Winnipeg passent l’hiver en phase adulte, puis se reproduisent en juin et en juillet de l’année suivante. La coquille de la physe est fragile, et les individus ne survivent en général pas plus d’une année dans le lac Winnipeg.

Haut de la page

Les principales menaces qui pèsent sur la physe du lac Winnipeg sont la dégradation de son habitat riverain, provoquée par la construction de chalets et l’utilisation récréative des rivages, ainsi que la pollution de l’eau due à l’exploitation forestière, aux activités agricoles et municipales, et aux activités des usines de pâtes se déroulant près des rivières qui se jettent dans le lac Winnipeg. L’érosion accrue des rives résultant de la réglementation du niveau de l’eau est une autre préoccupation.

Haut de la page

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Physe du lac Winnipeg (2007)

    Un énoncé de réaction est un document de communication qui identifie la façon dont le Ministre de l'environnement a l'intention de répondre à l'évaluation d'une espèce par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Ce document est un point de départ au processus de listage et de rétablissement pour les espèces identifiées comme étant en péril, il fournit aussi des échéanciers dans la mesure du possible.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2010)

    Sur recommandation du ministre de l’Environnement, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2005) (2005)

    Le décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation d'espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition - de la planète ou du Canada seulement - des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, sont devenues des espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2011)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.
  • Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril (2006)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2003 (2003)

    Rapport annuel de mai 2003 au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada
  • Rapport annuel du COSEPAC – 2012-2013 (2013)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2012 à septembre 2013), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 25 au 30 novembre 2012, et la deuxième, du 28 avril au 3 mai 2013. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 73 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2012-2013 sont les suivants : Disparues : 0 Disparues du pays : 2 En voie de disparition : 28 Menacées : 19 Préoccupantes : 19 Données insuffisantes : 4 Non en péril : 1 Total : 73 Sur les 73 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 50 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Documents de consultation