Profil d'espèce

Calochorte de Lyall

Nom scientifique : Calochortus lyallii
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Calochorte de Lyall

Calochorte de Lyall Photo 1

Haut de la page

Description

Le calochorte de Lyall (Calochortus lyallii) est une plante herbacée vivace à bulbe de la famille des Liliacées. La plante se reconnaît notamment à ses pétales frangés blancs à violacés, qui sont munis d’un onglet ainsi que d’une glande en forme de croissant, à ses sépales différents des pétales ainsi qu’à ses capsules dressées. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Répartition et population

Le calochorte de Lyall se rencontre le long du versant est des monts Cascades, depuis l’extrême sud du centre-sud de la Colombie-Britannique jusqu’au comté de Yakima, dans l’État de Washington. Toutes les populations canadiennes connues se trouvent dans les hauteurs situées à l’ouest d’Osoyoos, près de la frontière des États-Unis. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Habitat

L’espèce pousse en sol bien drainé, dans les prairies à armoises ou les clairières herbeuses, à une altitude de 900 m à 1 300 m. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Biologie

Le calochorte de Lyall est une plante vivace à longue vie, dont les parties aériennes lèvent chaque année à partir d’un bulbe souterrain. La plante ne se reproduit que par la graine. La durée d’une génération est évaluée à 15 années. Les fleurs, pollinisées par des insectes, sont à la fois allogames et autogames. Les graines sont libérées en été et germent le printemps suivant près de la plante mère. Chez les individus matures, il peut y avoir alternance de périodes reproductives (présence de fleurs) et végétatives (absence de fleurs). Les bulbes peuvent demeurer en dormance dans le sol pendant plus de 3 ans, mais la plupart des épisodes de dormance durent généralement une seule année. Les feuilles et les fruits sont broutés par les insectes, tandis que les bulbes sont consommés par de petits mammifères. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Menaces

La création de l’aire protégée South Okanagan Grasslands (par le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique) en 2001 et les mesures d’aménagement adoptées par la suite dans ce secteur ont permis une réduction appréciable des menaces anthropiques pesant sur l’espèce (pratiques sylvicoles, surpâturage, etc.) dans la plus grande localité, qui comprend 3 des 5 populations et plus de 85 % des individus connus. Les espèces végétales exotiques envahissantes, le piétinement par le bétail et l’empiétement de la forêt menacent toujours l’espèce dans cette localité, mais ne semblent pas être des menaces imminentes. Les 2 autres populations sont situées sur des terrains privés et sont considérées comme des localités distinctes. Il est possible que la sylviculture et le pâturage du bétail menacent encore ces 2 populations, et ce sont les activités les plus susceptibles d’entraîner un déclin de l’effectif. On ne comprend pas encore bien les causes des fluctuations observées, mais celles-ci semblent en partie attribuables à un cycle naturel de l’espèce. Des fluctuations de cette envergure constituent un facteur limitatif potentiel pour le maintien des sous-populations. Toutefois, puisque ces fluctuations ne semblent pas liées aux activités humaines et semblent en partie attribuables à la dormance prolongée de certains individus, elles ne sont pas considérées comme des fluctuations extrêmes au sens du COSEPAC. Actuellement, une combinaison de facteurs stochastiques tels que les longs intervalles entre incendies, les conditions climatiques non favorables et les taux élevés de consommation des bulbes par des petits mammifères pourrait venir limiter la taille des populations. De plus, la faible distance de dispersion des graines est un facteur limitatif intrinsèque de l’espèce. (Mise à jour 2017/05/25)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Des onze colonies trouvées en Colombie-Britannique, deux d’entre elles se trouvent sur des terrains privés et les neuf autres sur des terres publiques provinciales gérées par le Ministry of Forests de la Colombie-Britannique.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de la Calochorte de Lyall
État d'avancement : Envoyée pour examen par des pairs ou pour examen par les partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Calochorte de Lyall (2011)

    Cette espèce est une plante vivace particulière qui a une longue durée de vie ainsi qu’une petite aire de répartition au Canada. Elle ne comprend que 5 populations se trouvant dans des trouées forestières et des prairies d’armoises dans le sud de la Colombie-Britannique, près d’Osoyoos. Les plantes émergent de bulbes souterrains à la fin du printemps, mais peuvent demeurer dormantes pendant une ou plusieurs années. Cette plante était anciennement désignée « menacée », mais la majeure partie de l’aire où elle se trouve a été désignée comme étant une aire protégée provinciale, et les principales menaces, liées au pâturage et à la gestion forestière, ont maintenant été atténuées.

Plans de gestion

  • Plan de gestion du calochorte de Lyall (Calochortus lyallii) au Canada (2017)

    La ministre de l’Environnement et du Changement climatique est le ministre compétent en vertu de la LEP à l’égard du calochorte de Lyall et a élaboré la composante fédérale (partie 1) du présent plan de gestion, conformément à l’article 65 de la LEP. Dans la mesure du possible, le plan de gestion a été préparé en collaboration avec le ministère de l’Environnement de la Colombie-Britannique, en vertu du paragraphe 66(1) de la LEP. L’article 69 de la LEP autorise le ministre à adopter en tout ou en partie un plan existant pour l’espèce si le ministre estime qu’un plan existant s’applique à l’égard d’une espèce sauvage et comporte les mesures voulues pour la conservation de l’espèce. La Province de la Colombie-Britannique a remis le plan de gestion du calochorte de Lyall ci-joint (partie 2), à titre d’avis scientifique, aux autorités responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique. Ce plan de gestion a été préparé en collaboration avec Environnement et Changement climatique Canada.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2011 (2011)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 8 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 8 novembre 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017