Profil d'espèce

Éléocharide fausse-prêle

Nom scientifique : Eleocharis equisetoides
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2000
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Éléocharide fausse-prêle

Éléocharide fausse-prêle Photo 1

Haut de la page

Description

L’Éléocharide fausse-prêle est une plante vivace qui fait partie de la famille des carex. Les touffes de tiges minces poussent d’un rhizome grossier et épais (une tige souterraine habituellement horizontale). Les tiges, ou brins, sont vert pâle, rondes vues en coupe transversale et peuvent atteindre un mètre de haut et mesurer de 3 à 5 millimètres de diamètre. Il y a des lignes transversales régulières, ou septums, à tous les 3 à 5 cm le long de la tige. Les feuilles sont des enveloppes qui entourent la base des tiges. Quand la plante fleurit, l’extrémité supérieure de la tige arbore un épillet épointé ou légèrement pointu qui contient le fruit. L’épillet est d’une longueur de 15 à 40 millimètres et il est couvert d’écailles couleur paille, pointillées de taches pourpres à l’intérieur. Le fruit de l’Éléocharide fausse-prêle est de couleur brun doré brillant. Il est légèrement plat, de forme ovale et possède une saillie triangulaire, appelée tubercule, à une des extrémités.

Haut de la page

Répartition et population

On retrouve l’Éléocharide fausse-prêle dans le sud de l’Ontario et dans la péninsule méridionale inférieure du sud du Michigan, mais l’espèce se retrouve surtout le long de la plaine côtière de l’Atlantique, du Massachusetts (anciennement) jusqu’au centre-nord de la Floride. L’espèce est aussi présente vers l’ouest, le long de la plaine côtière du Golfe jusqu’à la limite est du Texas. Autrefois, l’espèce se trouvait aussi dans un certain nombre d’endroits isolés à l’intérieur des terres nord-américaines au Wisconsin, en Illinois, dans le nord-ouest de New York, au Missouri et en Arkansas. Au Canada, l’Éléocharide fausse-prêle ne se trouve que dans un seul endroit, à Long Point, sur le lac Érié, dans le sud-ouest de l’Ontario. Les données sur la population de l’Éléocharide fausse-prêle au Canada sont rares. L’espèce n’a été observée que dans le site au Canada où elle a été découverte. L’espèce se reproduit de façon asexuée pour produire des bouquets de tiges, et le nombre actuel de plantes dans le site au Canada est inconnu. En fait, il se pourrait même qu’une seule plante compose cette population. Il existe trop peu de données pour pouvoir identifier une tendance à long terme. Des données d’enquête indiquent un accroissement du nombre de tiges et de la surface couverte par les plantes, soit de 12 tiges (1 m2) en 1988 à 151 tiges (6 m2) en 1993. Il est important de noter que les fluctuations de ces mesures ne peuvent représenter que des variations annuelles. L’Éléocharide fausse-prêle se trouve à l’échelle locale depuis le sud de l’Ontario et la péninsule méridionale inférieure du sud du Michigan, surtout le long de la plaine côtière de l’Atlantique du Massachusetts (anciennement) jusqu’au centre-nord de la Floride, puis vers l’ouest le long de la plaine côtière du Golfe jusqu’à la limite est du Texas. Autrefois, l’espèce se trouvait aussi dans un certain nombre d’endroits isolés à l’intérieur des terres nord-américaines au Wisconsin, en Illinois, dans le nord-ouest de New York, au Missouri et en Arkansas. Au Canada, l’Éléocharide fausse-prêle ne se trouve que dans un seul endroit, à Long Point, sur le lac Érié, dans le sud-ouest de l’Ontario. Les données sur la population de l’Éléocharide fausse-prêle au Canada sont rares. L’espèce n’a été observée que dans le site au Canada où elle a été découverte. L’espèce se reproduit de façon asexuée pour produire des bouquets de tiges, et le nombre actuel de plantes dans le site au Canada est inconnu. En fait, il se pourrait même qu’une seule plante compose cette population. Il existe trop peu de données pour pouvoir identifier une tendance à long terme. Des données d’enquête indiquent un accroissement du nombre de tiges et de la surface couverte par les plantes, soit de 12 tiges (1 m2) en 1988 à 151 tiges (6 m2) en 1993. Il est important de noter que les fluctuations de ces mesures ne peuvent représenter que des variations annuelles.

Haut de la page

Habitat

Dans son site au Canada, l’Éléocharide fausse-prêle se trouve le long des berges d’un étang situé entre deux arêtes de dunes boisées. L’étang est bordé de céphalantes occidentaux (Cephalanthus occidentalis) et de cornouilles stolonifères (Cornus stolonifera). L’Éléocharide fausse-prêle se trouve au bord de l’étang, comme les plantes émergeant des eaux peu profondes (une plante qui a pris racine dans l’eau peu profonde, mais dont la majeure partie de la tige et des feuilles sont hors de l’eau) et, plus loin, dans jusqu’à 35 centimètres d’eau. Elle pousse avec une variété d’autres plantes, dont la zizanie des marais (Zizania palustris), l’éléocharide de Small (Eleocharis smallii) et le scirpe subterminal (Scirpus subterminalis).

Haut de la page

Biologie

L’Éléocharide fausse-prêle se trouve dans les eaux peu profondes ou le long des berges des étangs. L’espèce fleurit chaque année et son fruit mûrit entre le mois de juillet et le mois de septembre. La biologie reproductive de la plante est très peu connue, mais il semble que la pollinisation de l’Éléocharide fausse-prêle se fasse par le vent comme les autres membres de son genre.

Haut de la page

Menaces

Des castors se trouvent actuellement dans l’étang où se trouve l’Éléocharide fausse-prêle au Canada. On ne sait pas si les castors ont toujours maintenu le niveau d’eau de l’étang ou si ces animaux sont arrivés récemment. On ne sait pas non plus combien de temps la plante peut tolérer des conditions d’inondation. Par conséquent, le degré auquel le maintien des niveaux d’eau dans l’étang menace la survie de l’espèce à Long Point n’est pas connu.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Éléocharide fausse-prêle est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

L’éléocharide fausse-prêle se trouve dans la réserve nationale de faune de Long Point, qui fait partie du territoire domanial protégé par la LEP. Il est protégé aussi en certains endroits précis par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer, de les harceler ou de les collecter, et de détruire leur habitat.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de l'éléocharide fausse-prêle (Eleocharis equisetoides) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés à ce jour On a élaboré une stratégie de rétablissement axée sur l’atténuation ou la suppression des menaces à l’endroit de l’éléocharide fausse prêle. Un plan d’action sera créé d’ici 2008. Résumé des activités de recherche et de suivi Des chercheurs surveillent les chaumes (tiges des éléocharides fausse prêle), la prolifération du roseau commun (glycérie géante européenne envahissante), les fluctuations de niveaux d’eau et l’herbivorie chez les chevreuils. On fait des relevés dans le parc Turkey Point afin de confirmer la présence de colonies détectées au cours des relevés effectués en 1999. Résumé des activités de rétablissement L’habitat essentiel de l’éléocharide fausse-prêle a été désigné et est protégé. Des chercheurs étudient la possibilité de recueillir, d’archiver et de propager des graines d’éléocharide fausse prêle. Liens Biodiversité de l’Ontario : Espèces en péril (en anglais)http://www.rom.on.ca/ontario/risk.php?doc_type=fact&lang=&id=157

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

3 enregistrement(s) trouvé(s).

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de l’éléocharide fausse-prêle (Eleocharis equisetoides) au Canada (2006)

    La gestion de l’éléocharide fausse-prêle (Eleocharis equisetoides) relève de la compétence d’Environnement Canada (Service canadien de la faune, Région de l’Ontario). En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), le ministre compétent est tenu d’élaborer un programme de rétablissement pour toute espèce inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. L’éléocharide fausse-prêle a été évaluée en novembre 2000 par le COSEPAC comme étant en voie de disparition et a été inscrite à la liste des espèces en péril sous le régime de la LEP en 2003. Le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario, Environnement Canada, a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement. Le programme satisfait à toutes les exigences de la LEP en termes de contenu et de processus (articles 39 à 41). Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a examiné le présent document. Bien que l’espèce relève actuellement uniquement de la compétence d’Environnement Canada, le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario sera appelé à participer au processus de rétablissement et à toutes les décisions entourant le rétablissement si cette espèce était découverte ailleurs qu’en territoire domanial.

Plans d'actions

  • Plan d’action pour l’éléocharide fausse-prêle (Eleocharis equisetoides) au Canada (2011)

    L’éléocharide fausse-prêle a été inscrite en juin 2003 à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, à titre d’espèce en voie de disparition. Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent pour le rétablissement de l’éléocharide fausse-prêle et a élaboré le présent plan d’action visant la mise en œuvre du programme de rétablissement, conformément à l’article 49 de la LEP. Ce plan a été préparé en collaboration avec le ministre des Richesses naturelles de l’Ontario. Le présent plan d’action complète le Programme de rétablissement de l’éléocharide fausse-prêle (Eleocharis equisetoides) au Canada.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

  • Description de l'habitat essentiel de l'éléocharide fausse-prêle dans la Réserve nationale de faune de Long Point (2007)

    Au Canada, l'éléocharide fausse-prêle se trouve uniquement dans la Réserve nationale de faune de Long Point dans le sud-ouest de l'Ontario. L'habitat essentiel dans la Réserve nationale de faune de Long Point est désigné dans le programme de rétablissement de l'éléocharide fausse-prêle comme étant « l'étang qui l'abrite à l'heure actuelle et où elle pousse dans un sol organique sableux, sur le rivage exposé au sud. Cet étang se trouve entre deux cordons de dunes fixées, près de la pointe de la Réserve nationale de faune de Long Point ».