Profil d'espèce

Petit-duc nain

Nom scientifique : Otus flammeolus
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Colombie-Britannique
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Petit-duc nain

Petit-duc nain Photo 1

Haut de la page

Description

Le Petit-duc nain est un petit hibou aux yeux foncés, qui a de petites touffes aux oreilles et des orteils nus. Il a un plumage rouge ou un plumage gris. La couleur du plumage est probablement une adaptation pour bien se camoufler dans son entourage. Le plumage rouge est plus commun dans les régions du sud, dominées par des pins ponderosa, et la phase grise, rayée de brun, est plus commune dans le nord, où dominent les sapins de Douglas.

Haut de la page

Répartition et population

Le Petit-duc nain se reproduit dans les forêts montagneuses de l'ouest de l'Amérique du nord, et son aire de reproduction s'étend du plateau intérieur du centre-sud de la Colombie-Britannique, jusqu'au Mexique et au Guatemala. Cet hibou hiverne au Mexique et en Amérique centrale. Au Canada, des nids ont été repérés à Skull Mountain, près de Barrière, au nord de Kamloops. D'après des études complétées en 1984 et 1985, il y aurait de 25 à 30 couples de petits-ducs nains en Colombie-Britannique; il est très difficile d'estimer la population de cet oiseau timide. La plus haute densité rapportée est de 0.11 nids/40ha et provient de Wheeler Mountain.

Haut de la page

Habitat

Les Petits-ducs nains habitent les forêts de conifères, en particulier des forêts montagneuses de pins Ponderosa. En Colombie-Britannique, on le retrouve surtout dans les forêts de sapins de Douglas la zone intérieure sèche, mais aussi dans les régions de pins Ponderosa. Les hiboux nichants préfèrent les forêts d'âge mûr (où les arbres ont plus de 141 ans), car les arbres ont des cavités propices à la construction de nids. La végétation au sol est normalement composée d'herbes et de buissons.

Haut de la page

Biologie

L'espèce niche dans des trous dans les arbres abandonnés par des pic-bois. Il n'y a qu'une couvée par saison, et le nombre d'oeufs dans une couvée varie entre 1 et 5 (généralement 3 ou 4). L'âge auquel les Petits-ducs nains atteignent l'âge de la reproduction n'est pas connu. Les oiseaux se nourrissent d'insectes, d'araignées et de divers arthropodes, qu'ils attrapent au vol ou sous l'écorce des arbres. L'espèce est nocturne.

Haut de la page

Menaces

En Colombie britannique, le facteur le plus menaçant, pour le Petit-duc nain, est la destruction ou la modification de son habitat par la coupe de bois, le broutage d'animaux domestiques, et le contrôle des feux de forêt. L'impact de la coupe sélective du bois sur la population de cet oiseau n'est pas connue; mais le Petit-duc nain abandonne les régions de coupe à blanc. Le défrichement des terres et la construction résidentielle sont aussi un problème dans la vallée de l'Okanagan. L'utilisation de produits chimiques pour éliminer la tordeuse des bourgeons pourrait s'avérer un problème pour le Petit-duc nain, puisque l'accumulation de pesticides dans les tissus est un problème pour tous les hiboux.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le Petit-duc nain est protégé par la Wildlife Act de la Colombie-Britannique. Cette loi interdit de nuire aux adultes et aux œufs, et de les tuer, ou de les collectionner ou de détruire les lieux de nidification occupés.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le petit-duc nain (Otus flammeolus) au Canada (2010)

    Le Petit-duc nain est le seul représentant du genre Otus dans les Amériques. En dehors de la saison de reproduction, il mesure de 15 à 17 cm de long et pèse de 45 à 63 g. Ses yeux sont brun foncé, contrairement à ceux des autres petits strigidés du Canada. Le bout de ses scapulaires est toujours orange, d'où son nom anglais « flammulated », qui signifie « marqué de petites flammes ». Le cri territorial du Petit‑duc nain est un boû-booût doux et distinct. Des analyses génétiques donnent à penser que d'importants échanges génétiques ont lieu entre les populations qui vivent dans différentes chaînes de montagnes, ce qui n'est pas très surprenant, car l'espèce a l'habitude de migrer sur de longues distances et d'être peu fidèle à son lieu de naissance. On ne reconnaît qu'une seule sous‑espèce au Canada, et celle‑ci n'est présente que dans une zone biogéographique.
  • Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur le Petit-duc nain Otus flammeolus au Canada - Mise à jour (2001)

    Le Petit-duc nain (Otus flammeolus) est un oiseau insectivore de petite taille (poids de 55 à 60 g) qui occupe des cavités vacantes dans de vieilles forêts sèches de sapins douglas bleu (Pseudotsuga menziesii) et de pins ponderosa (Pinus ponderosa) (Campbell et al., 1990). L’espèce est migratrice, et la limite septentrionale de son aire de reproduction se trouve dans le centre-sud de la Colombie-Britannique, la seule province du Canada où on la retrouve. Ses yeux sombres la distinguent de toutes les autres espèces de petits hiboux peuplant le pays, dont les yeux sont jaunes (Godfrey, 1986).

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Petit-duc nainOtus flammeolus (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Avril 2010 Nom commun Petit-duc nain Nom scientifique Otus flammeolus Statut Préoccupante Justification de la désignation Au Canada, ce petit strigidé est confiné aux forêts plus âgées de douglas de Menzies et de pins ponderosas de l’intérieur sud de la Colombie-Britannique. Pour se reproduire, l’espèce a besoin de forêts de conifères matures comportant une mosaïque de vieux arbres de grand diamètre, de groupes denses d’arbres plus jeunes en régénération et de petites parcelles de prairie arbustive. L’exploitation forestière a entraîné une importante diminution de l’étendue et de la qualité de cet habitat entre le début et le milieu des années 1900. Les menaces continues qui pèsent sur l’espèce incluent les pratiques forestières qui entraînent l’élimination des arbres de grande taille et des chicots, les épidémies d’insectes nuisibles comme le dendroctone du pin ponderosa et les feux de forêt catastrophiques combinées à la petite taille de la population de l’espèce, à sa répartition limitée, à la petite taille des couvées et à la maturation sexuelle tardive des mâles. Répartition British Columbia Historique du statut Espèce désignée « préoccupante » en avril 1988. Réexamen et confirmation du statut en avril 1999, en novembre 2001, et en avril 2010.
  • Évaluation du COSEPAC sur le Petit?duc nain Otus flammeolus au Canada (2001)

    Espèce désignée « préoccupante » en avril 1988. Réexamen et confirmation du statut en avril 1999 et en novembre 2001. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Petit-duc nain (2010)

    Au Canada, ce petit strigidé est confiné aux forêts plus âgées de douglas de Menzies et de pins ponderosas de l’intérieur sud de la Colombie-Britannique. Pour se reproduire, l’espèce a besoin de forêts de conifères matures comportant une mosaïque de vieux arbres de grand diamètre, de groupes denses d’arbres plus jeunes en régénération et de petites parcelles de prairie arbustive. L’exploitation forestière a entraîné une importante diminution de l’étendue et de la qualité de cet habitat entre le début et le milieu des années 1900. Les menaces continues qui pèsent sur l’espèce incluent les pratiques forestières qui entraînent l’élimination des arbres de grande taille et des chicots, les épidémies d’insectes nuisibles comme le dendroctone du pin ponderosa et les feux de forêt catastrophiques combinées à la petite taille de la population de l’espèce, à sa répartition limitée, à la petite taille des couvées et à la maturation sexuelle tardive des mâles.

Plans de gestion

  • Plan de gestion du Petit-duc nain (Otus flammeolus) au Canada (2013)

    Le Petit-duc nain (Otus flammeolus) est une espèce forestière de strigidés de petite taille. Il est désigné comme espèce préoccupante en vertu de l’Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (LEP) et sa gestion relève du gouvernement provincial de la Colombie-Britannique. Le ministre fédéral de l’Environnement a adopté le plan de gestion provincial pour l’espèce, lequel a été fourni, à titre d’avis scientifique, aux compétences responsables de la gestion de l’espèce en Colombie-Britannique. Environnement Canada a préparé la présente addition du gouvernement fédéral afin de répondre aux exigences de la LEP.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.