Profil d'espèce

Tétras des prairies

Nom scientifique : Tympanuchus cupido
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2009
Dernière désignation du COSEPAC : Disparue du pays
Statut de la LEP : Annexe 1, Disparue du pays


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Raison de la disparition du pays | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Tétras des prairies

Tétras des prairies Photo 1

Haut de la page

Description

Le Tétras des prairies est une grouse de taille moyenne étroitement liée au Tétras à queue fine. Le Tétras des prairies est légèrement plus grand que le Tétras à queue fine. Il diffère de ce dernier par ses parties inférieures rayées, sa queue arrondie, la présence de plumes foncées et allongées au cou ainsi que par les sacs aériens dorés du cou chez les mâles. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Répartition et population

Autrefois, le Tétras des prairies se rencontrait en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario, mais au milieu du XXe siècle, il a disparu de la majorité de son aire de répartition canadienne. De nos jours, on rencontre des populations isolées de cette espèce aux États-Unis (au Dakota du Nord, au Minnesota et au Wisconsin, dans le sud, au Kansas, en Oklahoma et au Missouri, à l'ouest, au Colorado et à l'est, au Wisconsin et en Illinois).) (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Habitat

À l’origine, le Tétras des prairies était une espèce commune aux prairies indigènes. Maintenant, aux États-Unis, son habitat se compose de vestiges de prairies, souvent mêlés à des terres cultivées, dans les biomes de la prairie à herbes hautes et de la prairie mixte où des changements liés à l'utilisation des terres sont venus enrichir les sources de nourriture et le couvert. Cette espèce est très sensible à la superficie de l'habitat et, dans les petites parcelles d’habitat qui lui conviendraient normalement, elle est systématiquement inexistante. Un minimum de 5 000 à 6 000 hectares d'habitat convenable est requis afin qu’elle maintienne une population minimale viable. La conversion des prairies indigènes au profit de la culture et du pâturage constitue la principale cause de perte d'habitat du Tétras des prairies au Canada. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Biologie

Au début du printemps, les mâles se rassemblent dans des arènes ou des leks relativement petits et défendent activement leurs territoires contre d'autres mâles. Les femelles se rendent dans les leks et s'accouplent généralement avec le mâle dominant, puis elles se dispersent vers les sites de nidification. Les nids sont construits sur le sol sous un couvert herbeux et la couvée contient en moyenne 11 ou 12 œufs. L'incubation dure entre 23 et 25 jours. Les oisillons sont précoces et quittent le nid peu de temps après l'éclosion. Une partie de la population des Tétras des prairies est résidente, alors qu’une autre se déplace de 12 à 170 km vers les aires de reproduction et d'hivernage en octobre et en novembre. L'espèce connaît un taux de mortalité annuel élevé. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Raison de la disparition du pays

Les menaces pesant sur le Tétras des prairies comprennent la fragmentation d'habitat, ce qui entraîne l'isolation de la population, la perte de variabilité génétique, la compétition et l'hybridation avec le Tétras à queue fine, le parasitisme des nids par le Faisan de Colchide, une espèce exotique, et la prédation. Le principal facteur limitant le rétablissement du Tétras des prairies au Canada semble être un manque de grandes étendues de prairie légèrement pâturées. (Mise à jour 2017/05/24)

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Tétras des prairies est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme national de rétablissement pour le Tétras des prairies (Tympanuchus cupido)
État d'avancement : Processus d'approbation amorcé

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

8 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le tétras des prairies (Tympanuchus cupido pinnatus) au Canada (2010)

    Le Tétras des prairies est une grouse de taille moyenne étroitement liée au Tétras à queue fine. Le Tétras des prairies est légèrement plus grand que le Tétras à queue fine. Il diffère de ce dernier par ses parties inférieures rayées, sa queue arrondie, la présence de plumes foncées et allongées au cou ainsi que par les sacs aériens dorés du cou chez les mâles.
  • Évaluation et rapport de situation du COSEPAC sur le Tétras des prairies Tympanuchus cupido au Canada - Mise à jour (2000)

    Un rapport a été rédigé sur la situation du Tétras des prairies (Tympanuchus cupido pinnatus) au Canada en 1978 par le Saskatchewan Department of Tourism and Renewable Resources. Ce rapport mentionnait déjà une réduction de l’habitat critique pour cette espèce, et bien qu’il recommandait que celle ci soit désignée espèce en voie de disparition, il reconnaissait qu’elle était pratiquement disparue du Canada. On croyait alors qu’il était encore possible de conserver le Tétras des prairies pour les générations futures de Canadiennes et de Canadiens. Le rapport de 1978 décrivait la répartition, les mesures de protection, l’habitat, la biologie, les déplacements, le comportement et les facteurs limitatifs de cette espèce. La présente mise à jour résume l’information recueillie sur cette espèce depuis la rédaction du rapport précédent et la complète par des renseignements supplémentaires.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Tétras des prairies Tympanuchus cupido pinnatus (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Novembre 2009 Nom commun Tétras des prairies Nom scientifique Tympanuchus cupido pinnatus Statut Disparue du pays Justification de la désignation Cette espèce était autrefois un oiseau reproducteur abondant dans les habitats de prairie de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario. De nouvelles preuves génétiques indiquent que l’espèce était indigène du Canada pour les 9000 dernières années et n’a pas colonisé l’habitat des prairies lors de la colonisation européenne comme on le pensait auparavant. La perte et la dégradation de l’habitat ainsi que l’hybridation avec le Tétras à queue fine ont contribué à sa disparition du Canada. Répartition Alberta, Saskatchewan, Manitoba, Ontario Historique du statut Dernière observation en 1987. Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1978. Réexamen du statut : l'espèce a été désignée « disparue du pays » en avril 1990. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000 et en novembre 2009.
  • Évaluation du COSEPAC sur le Tétras des prairies Tympanuchus cupido au Canada (2000)

    Dernière observation en 1987. Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1978. Réexamen du statut : l’espèce a été « disparue du Canada » en avril 1990. Réexamen et confirmation du statut en mai 2000. Dernière évaluation fondée sur un rapport de situation existant.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Tétras des prairies (2010)

    Cette espèce était autrefois un oiseau reproducteur abondant dans les habitats de prairie de l’Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario. De nouvelles preuves génétiques indiquent que l’espèce était indigène du Canada pour les 9000 dernières années et n’a pas colonisé l’habitat des prairies lors de la colonisation européenne comme on le pensait auparavant. La perte et la dégradation de l’habitat ainsi que l’hybridation avec le Tétras à queue fine ont contribué à sa disparition du Canada.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Plans d'affichage des documents de rétablissement

  • Plan d’affichage des documents de rétablissement sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada (2016)

    Le plan d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion sur trois ans d’Environnement et Changement climatique Canada identifie les espèces pour lesquelles des documents de rétablissement seront publiés à chaque exercice à partir de 2014-2015. La publication de ce plan sur trois ans dans le registre public des espèces en péril a pour but d’assurer la transparence à l’égard des partenaires, des intervenants et du public à propos des intentions d’Environnement et Changement climatique Canada en matière d’élaboration et d’affichage des propositions de programmes de rétablissement et de plans de gestion. Cependant, le nombre de documents et les espèces qui sont publiés pour une année donnée peuvent varier légèrement selon les circonstances. Dernière mise à jour, le 31 mars 2017