Profil d'espèce

Isoète de Bolander

Nom scientifique : Isoetes bolanderi
Autres noms/noms précédents : Isoëtes bolanderi
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Alberta
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2006
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Menacée


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Isoète de Bolander

Isoète de Bolander Photo 1

Haut de la page

Description

L’isoète de Bolander est une petite plante aquatique vivace, apparentée aux fougères. La plante se compose d'une touffe de feuilles souples et droites, qui naissent d’une tige souterraine habituellement enfouie au fond du lac. Cette espèce véritablement aquatique pousse sous l’eau et n’émerge que rarement le long des rives des lacs. Au Canada, l’isoète de Bolander mesure de 3 à 7 cm de hauteur. Ses feuilles, de couleur vert vif à vert brunâtre, sont droites et très effilées. Leur longueur est généralement de 6 à 13 cm, mais peut aller de 3 à 25 cm. À la base de leur face intérieure, les feuilles sont partiellement couvertes par un voile transparent, ce qui distingue l’espèce des autres isoètes. C’est là que se trouvent les sporanges, ces organes produisant de petites cellules reproductrices, ou spores, dont la germination produit des nouveaux individus. Les sporanges femelles, ou mégasporanges, contiennent des spores blanches ovales. Elles sont caractérisées par l’abondance de petites excroissances qui forment de temps à autre de petites crêtes isolées. Les sporanges mâles, ou microsporanges, contiennent des spores ressemblant à de la poussière d’un gris brunâtre. Les spores parviennent à maturité à la fin de l’été.

Haut de la page

Répartition et population

L’isoète de Bolander se rencontre dans les Rocheuses, la chaîne Côtière, les monts Cascades et la Sierra Nevada, depuis le sud-ouest de l’Alberta jusqu’à la Californie, au nord de l’Arizona et au Nouveau-Mexique. Il a été signalé au Canada pour la première fois en 1946, aux lacs Carthew, dans le parc national des Lacs-Waterton, en Alberta. Cette population n’a jamais été revue, malgré plusieurs recherches récentes. En 1953, une population importante a été découverte au lac Summit, également situé dans le parc national des Lacs-Waterton. En ce moment, toute la population canadienne de l’isoète de Bolander est confinée à ce petit lac d’une superficie de deux hectares. En 2002 et 2003, 24 lacs potentiellement propices du sud-ouest de l’Alberta et du secteur voisin de la Colombie-Britannique ont fait l’objet de relevés, mais aucune autre population n’a été découverte. En 2003, la population du lac Summit a été estimée à environ 12 millions d’individus. Un relevé effectué en 2004 n’a permis de constater aucun changement appréciable d’effectif. Cette population n’a pas été évaluée assez souvent pour qu’il soit possible d’en déterminer les tendances.

Haut de la page

Habitat

L’isoète de Bolander pousse dans des étangs et des petits lacs situés à haute altitude, aux eaux froides et limpides. Ces lacs de montagne sont pauvres en éléments nutritifs et aucune autre plante ne pousse à l’intérieur des peuplements d’isoète. Cette espèce pousse habituellement dans des couches de limon ou dans du sable limoneux recouvrant du sable grossier. Au lac Summit, des individus sont présents jusqu’à une profondeur d’au moins 1,5 m. Cette population occupe un milieu relativement stable.

Haut de la page

Biologie

En Alberta, l’isoète de Bolander forme des peuplements presque purs et couvre presque tout le fond du lac Summit, où il produit de grandes quantités de spores viables et semble se reproduire avec succès dans les limites du lac. Aucune multiplication végétative n’a jamais été observée chez cette espèce. On dispose de peu d’information sur la biologie de l’isoète de Bolander, mais on présume toutefois que son cycle de vie est similaire à celui des autres isoètes. La plante communément appelée « isoète » est en fait le sporophyte, l’individu qui produit des spores. Les isoètes produisent deux types de spores : de grandes spores femelles, les mégaspores, et de petites spores mâles, les microspores. En germant, ces cellules reproductrices donnent naissance à des plantes minuscules appelées « gamétophytes ». Les mégaspores donnent naissance à des gamétophytes femelles et les microspores à des gamétophytes mâles. Ces individus mâles et femelles produiront, respectivement, des spermatozoïdes et des oosphères. Une fois fécondée par un spermatozoïde, l’oosphère donne naissance à un jeune sporophyte qui produira des spores à son tour. Il faut sans doute de trois à cinq années pour que les isoètes de Bolander parviennent à maturité, et commencent à produire des spores. La dissémination de ces cellules reproductrices commence lorsque les sporanges s’ouvrent, soit après un contact physique ou parce qu’elles se décomposent à la fin de la saison de croissance. La fréquence des peuplements denses indique que la dissémination n’a lieu d’habitude que sur de courtes distances; elle se produit vraisemblablement vers la fin de l’été et à l’automne. Les oiseaux de rivage transportent peut-être des spores sur leurs pattes, mais les emplacements au Canada ne conviennent pas aux oiseaux de rivage migrateurs. La sauvagine et les gros animaux qui pataugent dans l’eau, comme les orignaux, pourraient transporter des spores.

Haut de la page

Menaces

Comme l’isoète de Bolander n’est actuellement connu au Canada que dans un secteur de deux hectares, il suffirait d’un seul événement catastrophique pour le faire disparaître du pays. Aucune incidence importante n’a été observée au lac Summit, mais des activités récréatives pourraient constituer la plus grande menace immédiate pour cette petite population. En longeant la rive du lac Summit, le sentier récréatif principal pourrait causer une érosion des berges, ce qui a déjà été observé autour du lac, et cette érosion pourrait causer une dégradation des milieux d’eau peu profonde adjacents. Des signes de baignade ont également été observés. Ces incidences demeurent très localisées et négligeables pour le moment, mais elles pourraient devenir appréciables si les activités récréatives venaient à augmenter. L’utilisation des eaux du lac Summit pour la lutte contre les incendies constitue une autre menace potentielle. Même si Parcs Canada a pris des mesures pour réduire au minimum ces types de perturbations, un prélèvement d’eau au moyen de pompes ou d’un hélicoptère équipé à cette fin pourrait perturber physiquement les plantes, et un déversement de carburant affecterait toute la population de ce petit lac. La plus grave des menaces potentielles pesant sur la viabilité à long terme de la population du lac Summit est le risque de déversement intentionnel ou accidentel de matières toxiques, comme des pesticides et des produits pétrochimiques, qui affecteraient directement la population ou favoriseraient la croissance d’espèces aquatiques concurrentes. Il suffirait d’un seul événement de ce genre pour rayer l’espèce de la flore canadienne.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Isoète de Bolander est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

L’unique population de l’isoète de Bolander se trouve dans le parc national des Lacs-Waterton, où elle est protégée en vertu de la Loi sur les parcs nationaux du Canada.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement et plan d'action portant sur l'isoète de Bolander (Isoëtes bolanderi) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

11 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncés de réaction - Isoète de Bolander (2006)

    Petite plante aquatique actuellement connue au Canada dans seulement un petit lac du sud-ouest de l’Alberta. La population compte un nombre important de plants, mais elle pourrait disparaître du pays à la suite d’un événement isolé, imprévisible qui pourrait affecter l’entière population sur une courte période de temps. Une autre population dans un lac se trouvant à proximité a déjà disparu au cours des 50 dernières années.  

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement et plan d'action portant sur l'isoète de Bolander (Isoëtes bolanderi) au Canada (2011)

    L'isoète de Bolander est une plante aquatique appartenant à l'embranchement des Ptéridophytes (fougères et plantes alliées), qui est endémique aux paysages de montagnes allant de la partie sud de l'Alberta jusqu'à la partie nord de l'Arizona et du Nouveau Mexique et centrés sur l'« Intermountain Region » des É. U. On le trouve par endroits, parfois en grande abondance, dans des étangs et des cours d'eau plutôt stériles et situés en altitude, sur des substrats à pH voisin du point de neutralité. Il pousse le plus ordinairement en eau peu profonde (m), mais certaines plantes peuvent survivre à des périodes d'émergence. Une eau de grande qualité et l'absence de concurrence exercée par d'autres plantes aquatiques semblent être des conditions importantes pour la survie de cet isoète et de la plupart des autres isoètes aquatiques d'Amérique du Nord.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Lacs-Waterton et le lieu historique national du Canada du Ranch-Bar U (2017)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada des Lacs-Waterton et le lieu historique national du Canada du Ranch-Bar U vise les terres et les eaux se trouvant dans les limites des deux sites : le parc national du Canada des Lacs-Waterton (PNLW) et le lieu historique national du Canada du Ranch-Bar U (LHNRBU). Le plan satisfait aux exigences relatives aux plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Par ailleurs, les mesures décrites dans ce plan se traduiront par des avantages pour les autres espèces dont la conservation suscite régulièrement des inquiétudes dans le PNLW et le LHNRBU.
  • Programme de rétablissement et plan d'action portant sur l'isoète de Bolander (Isoëtes bolanderi) au Canada (2011)

    L'isoète de Bolander est une plante aquatique appartenant à l'embranchement des Ptéridophytes (fougères et plantes alliées), qui est endémique aux paysages de montagnes allant de la partie sud de l'Alberta jusqu'à la partie nord de l'Arizona et du Nouveau Mexique et centrés sur l'« Intermountain Region » des É. U. On le trouve par endroits, parfois en grande abondance, dans des étangs et des cours d'eau plutôt stériles et situés en altitude, sur des substrats à pH voisin du point de neutralité. Il pousse le plus ordinairement en eau peu profonde (

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2007) (2007)

    Le Décret accuse réception par la gouverneure en conseil des évaluations de la situation de 40 espèces sauvages effectuées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) en vertu de l'alinéa 15(1)a) et conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril (LEP). La LEP vise à prévenir la disparition — de la planète ou du Canada seulement — des espèces sauvages, à permettre le rétablissement de celles qui, par suite de l'activité humaine, ont disparu du pays, sont en voie de disparition ou menacées, et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes pour éviter qu'elles ne deviennent des espèces en voie de disparition ou menacées.
  • Décret modifiant l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2007)

    Sur recommandation de la ministre de l'Environnement et en vertu de l'article 27 de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil prend le Décret modifiant les annexes 1 à 3 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2006 (2006)

    Le rapport annuel de 2006 présenté au Ministre de l'Environnement et au Conseil canadien pour la conservation des espèces en péril (CCCEP) par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres: Décembre 2006 (2006)

    Le gouvernement du Canada a promulgué la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003 dans le cadre de sa stratégie sur les espèces en péril. L'annexe 1 de cette loi, appelée ici « liste de la LEP », énumère les espèces qui sont protégées en vertu de la loi. Les Canadiens sont invités à exprimer leur opinion concernant l'inscription à la liste de la LEP de toutes les espèces incluses dans ce document ou de certaines d'entre elles. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 16 mars 2007 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 14 mars 2008 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel

  • Description de l’habitat essentiel de l’isoète de Bolander dans le parc national des Lacs-Waterton du Canada (2012)

    L’isoète de Bolander (Isoetes bolanderi) figure à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril à titre d’espèce menacée. Il s’agit d’une plante aquatique dont il existe seulement trois populations connues au Canada, lesquelles sont toutes situées dans le parc national des Lacs-Waterton du Canada. L’habitat essentiel de l’isoète de Bolander est défini dans le programme de rétablissement et plan d’action pour l’isoète de Bolander (Isoetes bolanderi) au Canada.