Profil d'espèce

Râle élégant

Nom scientifique : Rallus elegans
Taxonomie : Oiseaux
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Râle élégant

Râle élégant Photo 1

Haut de la page

Description

Le râle élégant est un oiseau des marais de couleur cannelle avec des rayures noires et blanches sur les côtés. Il a un long bec jaune légèrement courbé. Son dos est strié de noir. Les oiseaux immatures ressemblent aux adultes, mais sont beaucoup plus foncés. Le râle élégant est la plus grosse espèce de râle de l’Amérique du Nord – il a deux fois la grosseur du râle de Virginie plus commun. Sa forme mince et à pattes longues lui permet de se faufiler dans la végétation dense et de se glisser dans les terres humides avec une grande agilité. Il a une variété de cris, dont une séquence régulière de jusqu’à dix kik-kik-kiks.

Haut de la page

Répartition et population

Le râle élégant peut se reproduire dans la plupart des régions de l’est des États-Unis (sauf dans les parties les plus élevées des montagnes Allegheny). Aux États-Unis, il est répandu partout, de façon irrégulière, sauf dans la vallée du Mississippi inférieur et près des côtes du Golfe et de l’Atlantique. L’espèce se reproduit aussi dans le sud du Canada, sur la côte du Mexique du côté des Caraïbes (non pas dans la péninsule du Yucatán) et à Cuba. L’espèce hiverne dans les états du Golfe et dans les parties de son aire d’été le long de la côte atlantique. Au Canada, l’espèce ne se reproduit que dans l’extrême sud de l’Ontario. Il semble que le râle élégant ait déjà été très répandu dans certains marais du sud de l’Ontario, mais il n’y a pas vraiment d’information historique sur la taille de la population et de l’étendue de la région occupée. Des données du milieu des années 1980 et du début des années 1990 indiquent qu’il y avait entre 20 et 52 couples en Ontario. L’information obtenue en 1997 et en 1998 confirme le nombre estimé de 50 couples. En 1999, un relevé approfondi a rapporté moins de 30 oiseaux lançant des cris. Il est difficile d’obtenir une estimation précise de la population en raison de la nature discrète du râle élégant, mais il est certain qu’il n’y a eu aucune amélioration de la situation de la population canadienne de l’espèce ces dernières années.

Haut de la page

Habitat

Les râles élégants se trouvent dans une variété d’habitats de marais d’eau douce et de marécages arbustifs. L’espèce se trouve dans les endroits où pousse le riz sauvage, mais aussi dans des marais à carex et à roseaux. L’espèce a surtout besoin de grands marais aux eaux inobstruées et peu profondes rejoignant des régions arbustives. En fait, les oiseaux ne reviennent au cours des années successives que dans les grands marais qui ne sont pas envahis par les roseaux. Autrefois, le meilleur habitat pour les râles élégants se trouvait dans le sud-ouest de l’Ontario, mais la plupart de ces terres humides ont depuis été éliminées. Il ne reste plus que 10 p. 100 des marais présents avant la colonisation européenne dans la région de l’Ontario où se trouve la plus grande partie de l’espèce. La qualité des habitats qui restent est aussi en train de se dégrader.

Haut de la page

Biologie

Le râle élégant arrive dans son aire de reproduction de la fin avril à la mi-mai. Il commence vraisemblablement à se reproduire dès sa première ou deuxième année. Les mâles établissent leur territoire avant de s’apparier et repousseront agressivement les autres mâles. Une fois installés dans un territoire, les mâles commencent leurs cris. Pour attirer et garder les femelles, les mâles leur apportent de la nourriture lors de la parade nuptiale, puis pendant toute la durée de la ponte et de l’incubation. Les nids sont des bols profonds faits d’herbages, construits juste au-dessus de l’eau dans des buissons ou des touffes de végétation palustre. En Ontario, les femelles pondent une seule couvée par année qui donne de 6 à 13 œufs de couleur chamois. Les deux sexes se partagent les responsabilités relatives à l’incubation et l’élevage. Il est aussi reconnu que le râle élégant peut se reproduire avec le râle gris, une espèce un peu plus petite et considérée par certains comme étant une race d’eau salée du râle élégant. Le régime du râle élégant consiste surtout en des écrevisses et des crabes, mais il mange aussi du poisson, des insectes et des graines de certaines plantes.

Haut de la page

Menaces

Le facteur limitant principal est la perte d’habitats. Bien que cette perte ait ralenti depuis dix ans, les habitats peuvent encore être en état de dégradation. Les pertes actuelles découlent à la fois de la pollution et d’une abondance accrue de roseaux liée au maintien artificiel des niveaux d’eau. Le brûlage annuel d’une grande partie des terres marécageuses, où se trouve la plus importante population de râles élégants au Canada, pourrait aussi être un facteur limitant pour l’espèce. La portée totale de ce facteur n’a pas encore été évaluée.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Râle élégant est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le Râle élégant est présent dans plusieurs réserves nationales de faune, qui font partie du territoire domanial protégé par la LEP. Le Râle élégant est protégé par la Loi sur les parcs nationaux du Canada lorsqu’il se trouve dans le parc national de la Pointe-Pelée. Il est protégé aussi par la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs du gouvernement fédéral. Cette loi interdit de nuire aux adultes, aux jeunes et aux œufs, et de les tuer ou de les collecter. À l’échelle provinciale, il est protégé par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du Râle élégant (Rallus elegans) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Râle élégant

  • Angela McConnell - Président/Contact - Environnement Canada
    Tél. : 416-739-5715  Téléc. : 416-739-4560  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Mise à jour rapport de situation du COSEPAC sur le râle élégant (Rallus elegans) au Canada (2011)

    Le Râle élégant est un oiseau trapu possédant une queue courte et de courtes ailes arrondies. Ses pattes sont de longueur moyenne et il arbore un long bec légèrement courbé vers le bas. Son corps est comprimé latéralement, ce qui facilite ses déplacements dans les marais, où il vit. Le mâle et la femelle sont semblables, avec une couronne et un dos ardoisés, les plumes du dos étant nettement lisérées de roux; ils ont la gorge blanche et une bande chamois au dessus de l’œil, les parties inférieures dessous marron et les côtés fortement striés de noir et de blanc. C’est un gros râle d’environ 38 cm de longueur, beaucoup plus gros que le Râle de Virginie, une espèce très similaire. Son cri est une suite de notes régulières comprenant jusqu’à 10 kik kik kik. Les juvéniles sont semblables aux adultes, mais plus foncés sur le dessus et d’un brun plus terne sur le dessous.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Râle élégant (2011)

    Ce grand membre de la famille des râles est associé à divers types de marais – en particulier ceux qui sont grands et relativement complexes. L’aire de répartition de cette espèce s’étend depuis le sud de l’Ontario jusque dans une grande partie de l’est des États-Unis. Au Canada, on dispose de peu d’information précise sur la taille et la tendance de la population ainsi que sur la répartition de reproduction de cette espèce rare et discrète. Néanmoins, la meilleure preuve disponible indique que la population canadienne demeure petite (moins de 100 individus). La menace principale est la dégradation des habitats de marais de qualité élevée dans l’ensemble de l’aire de répartition.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du Râle élégant (Rallus elegans) au Canada (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), les ministres compétents sont tenus d’élaborer des programmes de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme disparues du pays, en voie de disparition ou menacées. Le Râle élégant a été inscrit à la liste légale comme espèce en voie de disparition en vertu de la LEP en août 2006. Environnement Canada a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement en partenariat avec l’Agence Parcs Canada. Le présent programme de rétablissement a été préparé en collaboration avec la province de l’Ontario, la Première nation de Walpole Island, l’Office de protection de la nature de la région d’Essex, Études d’Oiseaux Canada et Canards Illimités Canada en vertu du paragraphe 39(1) de la LEP.

Plans d'actions

  • Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (2016)

    Le Plan d’action visant des espèces multiples dans le parc national du Canada de la Pointe-Pelée et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara s’applique aux terres et aux eaux situées à l’intérieur des limites des deux sites : le parc national du Canada de la Pointe-Pelée (PNPP) et les lieux historiques nationaux du Canada du Niagara (LHNN). Ce dernier terme est utilisé pour désigner collectivement deux endroits de la région du Niagara qui comprennent trois lieux historiques nationaux, soit le lieu historique national du Canada du Fort-George, le lieu historique national du Canada du Champ-de-Bataille-du-Fort-George et le lieu historique national du Canada des Casernes-de-Butler. Le présent plan satisfait aux exigences concernant les plans d’action fixées dans la Loi sur les espèces en péril (LEP; article 47) pour les espèces qui requièrent un plan d’action et qui sont présentes de façon régulière dans ces sites. Les mesures décrites dans le plan vont également entraîner des avantages pour d’autres espèces régulièrement présentes dans le PNPP et les LHNN pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.