Profil d'espèce

Clèthre à feuilles d'aulne

Nom scientifique : Clethra alnifolia
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Nouvelle-Écosse
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2014
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Clèthre à feuilles d'aulne

Clèthre à feuilles d'aulne Photo 1

Haut de la page

Description

Le Clèthre à feuilles d'aulne est un arbuste ligneux à feuilles caduques qui mesure de 1 m à 2 m de haut. Les feuilles, alternes et luisantes aux bordures dentelées, ont une courte tige. Ses fleurs blanches poussent en grappes terminales (inflorescence dans laquelle les fleurs individuelles sont portées par des rameaux courts le long d’un axe central allongé).

Haut de la page

Répartition et population

Le Clèthre à feuilles d'aulne se trouve depuis le Texas et la Floride vers le Nord jusqu’au Maine. Il existe également une population isolée dans le Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse. Dans cette province, l’espèce a été découverte sur les rives de trois lacs : le lac Belliveau dans le comté de Digby et les lacs Louis et Canoe dans le comté de Yarmouth. En 1998, elle a été découverte sur les rives de trois autres lacs : les lacs Mill, Mudflat et Pretty Mary, tous dans le comté d’Annapolis.Un nombre important d’individus se trouvent au bord des deux premiers lacs mentionnés ci-dessus, mais il n’y a qu’un seul individu au troisième site. Des populations d’assez grande taille se trouvent le long des rives est et ouest du lac Mill, forment une bande continue autour du lac Mudflat, et sont éparpillées sur les rives du lac Pretty Mary.

Haut de la page

Habitat

Au Canada, le Clèthre à feuilles d'aulne se trouve sur les rives ensoleillées des lacs, surtout là où le mouvement des glaces hivernales a créé de petites crêtes de gravier le long de la rive.

Haut de la page

Biologie

La population du Canada de clèthres à feuilles d’aulne se reproduit surtout de façon végétative (par des drageons). La floraison a lieu de la mi-août à la mi-octobre, mais il ne semble pas qu’en général il y ait production de graines. Les pollinisateurs sont nombreux au moment de la floraison. L’absence d’agents pollinisateurs ne peut donc pas expliquer le manque habituel de reproduction sexuée. Des observations récentes indiquent que des graines sont produites de temps à autre.

Haut de la page

Menaces

La construction de chalets autour des lacs Belliveau, Mill, Mudflat et Pretty Mary menace les plantes qui y poussent. Ces lacs se trouvent tous sur des propriétés privées, à l’exception d’une petite anse qui se trouve sur des terres publiques provinciales, du côté nord-ouest du lac Pretty Mary. Les deux autres sites se trouvent sur des terres fédérales. Il existe deux autres facteurs limitants : l’espèce ne tolère ni l’ombre, ni les fluctuations du niveau de l’eau qui résultent de la construction de barrages. L’absence généralisée de graines fertiles explique probablement aussi la répartition limitée de cette plante en Nouvelle-Écosse.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Clèthre à feuilles d'aulne est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le clèthre à feuilles d’aulne est protégé par la Endangered Species Act de la Nouvelle-Écosse. Cette loi interdit de nuire aux individus de l’espèce, et de les tuer ou de les collectionner.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifique pour la flore de la plaine côtière de l'Atlantique au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de la flore de la plaine côtière de l'Atlantique

  • Sherman Boates - Président/Contact - Gouv. de la Nouvelle Écosse
    Tél. : 902-679-6146  Téléc. : 902-679-6176  Envoyer un courriel
  • Samara Eaton - Président/Contact - Environnement Canada
    Tél. : 506-364-5060  Téléc. : 506-364-5062  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Clèthre à feuilles d'aulne Clethra alnifolia au Canada (2015)

    La clèthre à feuilles d’aulne est un arbuste décidu de 1 à 3 m de hauteur poussant dans les milieux humides sous forme de touffes ou de tiges isolées produites par un rhizome (tige souterraine) qui s’étend horizontalement. Les inflorescences sont denses, étroitement allongées, longues de 4 à 12 cm et constituées de petites fleurs blanches, fortement parfumées, à 5 pétales. Après la pollinisation, les fleurs se transforment en capsules rondes et sèches renfermant de nombreuses petites graines; on signale cependant que la production de graines est parfois absente ou rare au Canada. La clèthre à feuilles d’aulne fait partie d’un grand cortège d’espèces à répartition disjointe, rares au Canada, qui possèdent une population isolée dans le sud de la Nouvelle-Écosse alors que leur aire de répartition principale se trouve plus au sud, dans la plaine côtière de l’Atlantique. Des programmes de vulgarisation ont permis de faire connaître et apprécier cette flore rare par un large public. La clèthre à feuilles d’aulne est particulièrement appréciée de certains propriétaires fonciers en raison de ses fleurs voyantes à parfum puissant et agréable, caractéristiques qui en ont fait une plante ornementale largement utilisée, dont on a d’ailleurs mis au point de nombreux cultivars. La population canadienne est isolée des autres populations de l’espèce par une distance d’au moins 200 km. Comme cette population se trouve à la limite nord de la répartition mondiale de l’espèce, elle pourrait avoir une importance particulière pour la diversité génétique de l’espèce dans son ensemble.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Clèthre à feuilles d'aulne (2015)

    Cette espèce isolée d’arbuste clonal de la plaine côtière de l’Atlantique ne se trouve que sur les rives de six lacs, dans une petite aire du sud de la Nouvelle?Écosse. Les menaces nouvellement identifiées, le nerprun bourdaine, un arbuste exotique envahissant, ainsi que l’eutrophisation, ont mis l’espèce devant un risque accru de disparition. L’aménagement des rives demeure également une menace.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifiques pour la flore de la plaine côtière de l’Atlantique au Canada (2016)

    En vertu de l’article 37 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des programmes de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et, en vertu de l’article 65 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans de gestion à l’égard des espèces préoccupantes. Le présent programme de rétablissement et plan de gestion servira également de plan de gestion distinct, comme l’exige la LEP (articles 65-67), pour les espèces désignées préoccupantes en vertu de la LEP qui y sont incluses. La province de la Nouvelle Écosse, Environnement Canada et Agence Parcs Canada ont mené l’élaboration du présent document, qui a été préparé en coopération ou en consultation avec de nombreux autres particuliers et organismes, y compris des organismes non gouvernementaux environnementaux, des intervenants de l’industrie, des peuples autochtones et des propriétaires de terres privées.

Plans de gestion

  • Programme de rétablissement et plan de gestion plurispécifiques pour la flore de la plaine côtière de l’Atlantique au Canada (2010)

    En vertu de l’article 37 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des programmes de rétablissement à l’égard des espèces inscrites comme étant disparues du pays, en voie de disparition ou menacées et, en vertu de l’article 65 de la LEP, le ministre compétent est tenu d’élaborer des plans de gestion à l’égard des espèces préoccupantes. Le présent programme de rétablissement et plan de gestion servira également de plan de gestion distinct, comme l’exige la LEP (articles 65-67), pour les espèces désignées préoccupantes en vertu de la LEP qui y sont incluses. La province de la Nouvelle Écosse, Environnement Canada et Agence Parcs Canada ont mené l’élaboration du présent document, qui a été préparé en coopération ou en consultation avec de nombreux autres particuliers et organismes, y compris des organismes non gouvernementaux environnementaux, des intervenants de l’industrie, des peuples autochtones et des propriétaires de terres privées.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril : espèces terrestres - Janvier 2015 (2015)

    Le gouvernement du Canada est voué à prévenir la disparition des espèces sauvages en péril de nos territoires. Dans le cadre de sa stratégie visant à honorer cet engagement, le gouvernement du Canada a adopté la Loi sur les espèces en péril (LEP), le 5 juin 2003. L'annexe 1 de la Loi, qui présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la LEP, est aussi appelée la « Liste des espèces en péril ». Les espèces disparues du pays, en voie de disparition ou menacées qui figurent à l'annexe 1 bénéficient de la protection conférée par les interdictions et d’exigences en matière de la planification du rétablissement prévues à la LEP. Les espèces préoccupantes bénéficient d’exigences en matière de planification de la gestion. L'annexe 1 contenait initialement 233 espèces sauvages en péril et, maintenant, 521 espèces forment la liste. Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 15 avril 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations régulières; et le 15 octobre 2015 pour les espèces terrestres faisant l'objet de consultations prolongées.Pour obtenir une description des processus de consultation auxquels ces espèces seront soumises, veuillez consulter le site Web suivant : Registre public des espèces en péril