Profil d'espèce

Isotrie fausse-médéole

Nom scientifique : Isotria medeoloides
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : mai 2011
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Autre protection ou statut | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Isotrie fausse-médéole

Isotrie fausse-médéole Photo 1

Haut de la page

Description

L' Isotrie fausse-médéole est une orchidée terrestre vivace qui mesure de 9.5 à 25 cm de hauteur. Cinq ou six feuilles poussent au bout de la tige. Les fleurs sont jaune vert; une ou deux fleurs poussent au bout de la tige, dépassé les feuilles. Les capsules mesurent 2.5 par 1 cm; une capsule contient plusieurs milliers d'extrêmement petites graines.

Haut de la page

Répartition et population

L'espèce fut considérée rare en Amérique du Nord dès sa découverte en 1814. Aux États-Unis, l'Isotrie fausse-médéole est connue, en allant du nord au sud, de la Nouvelle-Angleterre et du Michigan jusqu'au Missouri et la Caroline du Sud. Au Canada, elle est présente dans une seule localité du sud de l'Ontario. Cette localité se situe à proximité du marais de Calton dans le comté d'Elgin. De 1980 à 1989, l'Isotrie fausse-médéole passait au Canada de quatre populations distinctes mais rapprochées situées dans le marais de Calton, à un seul individu. On ne sait si la plante a complètement disparu du marais ou si elle y survit en petits nombres.

Haut de la page

Habitat

Cette espèce croît dans des forêts mixtes humides au sol acide. La présence d'herbes et d'arbustes est peu importante mais l'humus est abondant. L'espèce recherche les forêts ayant de petites clairières, et peu ou pas de dénivellation.

Haut de la page

Biologie

L'Isotrie fausse-médéole fleurit de mai à juin. Les chances que les graines germent sont très faibles, ce qui limite le taux de reproduction de la plante.

Haut de la page

Menaces

L'Isotrie fausse-médéole, comme toutes les orchidées, est très sensible aux perturbations. La collecte pour des raisons scientifiques a été la cause de la perte de nombreuses plantes. Le piétinement et la perte d'habitat sont aussi des facteurs limitants pour l'Isotrie fausse-médéole. Dans le marécage de Calton, l'habitat de cette orchidée est traversé par un sentier que les motos et les véhicules tout terrain utilisent. On connaît au moins une population d'isotries qui, par suite de l'utilisation du sentier, a disparu.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Isotrie fausse-médéole est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

L’isotrie fausse-médéole est protégée par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les tuer, de les harceler ou de les collecter, et de détruire leur habitat. Elle pousse dans l’aire de gestion des espèces sauvages du marécage Calton.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Autre protection ou statut

L'Isotrie fausse-médéole est protégée contre le commerce international en vertu de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement de l'isotrie fausse-médéole (Isotria medeoloides) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement de l'Isotrie fausse-médéole

  • Tony Difazio - Président/Contact - Organisme non gouvernementaux (ONG)
    Tél. : 519-773-9037  Téléc. : 519-765-1489  Envoyer un courriel
  • Ron Gould - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 519-773-4745  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • Sommaire de l'évaluation du COSEPAC - Isotrie fausse-médéole (2000)

    Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1982. Réexamen et confirmation du statut en avril 1998 et en mai 2000. L'évaluation de mai 2000 est fondée sur de nouveaux critères quantitatifs, qui ont été appliqués aux données du rapport de situation de 1998.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Isotrie fausse-médéole (2011)

    Cette petite orchidée, anciennement trouvée seulement dans un seul marais en Ontario, requiert des boisés mixtes humides. Elle a été évaluée « en voie de disparition » en 2000. La qualité de son habitat continue de faire l’objet d’un déclin en raison du piétinement et des vers de terre exotiques. Elle a été observée en 1998 pour la dernière fois, cependant son potentiel de dormance signifie qu’elle peut encore être existante.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement de l’isotrie fausse-médéole (Isotria medeoloides) au Canada (2007)

    La gestion de l’isotrie fausse-médéole relève de la compétence du gouvernement de l’Ontario. En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), le ministre compétent est tenu d’élaborer un programme de rétablissement à l’égard de toute espèce inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. L’isotrie fausse-médéole a été inscrite sur la liste des espèces en voie de disparition sous le régime de la LEP en juin 2003. Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario et le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario, d’Environnement Canada, ont collaboré à l’élaboration du présent programme de rétablissement. Toutes les compétences responsables ont examiné le présent programme et en ont accusé réception. Le programme de rétablissement est conforme aux exigences de la LEP en termes de contenu et de processus (articles 39 à 41). Il a été élaboré en consultation avec l’Office de protection de la nature du ruisseau Catfish.

Plans d'actions

  • Plan d’action pour l’isotrie fausse-médéole (Isotria medeoloides) au Canada (2011)

    L’isotrie fausse-médéole a été inscrite comme espèce en voie de disparition au Canada en vertu de la Loi sur les espèces en péril en 2003. Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent pour le rétablissement de l’isotrie fausse-médéole et a élaboré ce plan d’action pour mettre en œuvre le programme de rétablissement, conformément à l’article 49 de la LEP. Ce plan d’action a été préparé en collaboration avec le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. Ce plan d'action complète le Programme de rétablissement de l'isotrie fausse-médéole (Isotria medeoloides) au Canada.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.