Profil d'espèce

Magnolia acuminé

Nom scientifique : Magnolia acuminata
Taxonomie : Plantes vasculaires
Distribution : Ontario
Dernière évaluation du COSEPAC : avril 2010
Dernière désignation du COSEPAC : En voie de disparition
Statut de la LEP : Annexe 1, En voie de disparition


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Initiatives de rétablissement | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Magnolia acuminé

Magnolia acuminé Photo 1

Haut de la page

Description

Le magnolia acuminé mesure jusqu'à 30 m de hauteur. Les feuilles mesurent de 10 à 24 cm de longueur, leur largeur étant à peu près la moitié de leur longueur; les bouts des feuilles sont pointus. L'écorce de cet arbre est brun gris et marquée de longues stries. Les fleurs uniques sont jaune vert, ont 6 pétales, de nombreuses étamines et pistils, et mesurent de 6 à 8 cm. Les fruits de cet arbre ont la forme d'un cône et mesurent de 3 à 8 cm; les graines sont recouvertes d'un revêtement orange à rouge.

Haut de la page

Répartition et population

Aux États-Unis, on retrouve le magnolia acuminé dans les états de New York et de l’Ohio, et, vers le sud, jusqu'en Arkansas, en Louisiane et en Géorgie. Au Canada, il est restreint à 16 localités du sud-ouest de l’Ontario, et on remarque une certaine régénération à neuf de ces localités. Cela représente une augmentation par rapport à 1984 alors qu’on ne connaissait que neuf populations dont trois seulement semblaient se régénérer. Les relevés disponibles en 2001estiment la population à 226 plants répartis sur 15 sites naturels. Depuis 1984, des inventaires détaillés ont démontré que les localités situées dans la Municipalité régionale de Niagara comptaient plus de magnolias acuminés que l’on croyait. Tous ces arbres poussent sur des terrains privés. Dans la Municipalité régionale d’Haldimand-Norfolk, on note une certaine régénération à quatre des huit localités connues; une seule de ces populations, récemment découverte dans la Réserve faunique nationale de Long Point, n’est pas située en terrain privé.

Haut de la page

Habitat

Le Magnolier acuminé croît sur de riches sols acides, humides et de texture moyenne à grossière. L’espèce ne tolère pas l’ombre; elle requiert donc des forêts ajourées, tels que des boisés humides parsemés de mares. Elle se régénère seulement s’il y a suffisamment de lumière.

Haut de la page

Biologie

Les fleurs du Magnolier acuminé apparaissent vers la fin du mois de mai. La pollinisation est accomplie principalement par des scarabées. Les graines, dispersées principalement par des oiseaux, ne sont pas dispersées très loin des arbres dont elles proviennent.

Haut de la page

Menaces

L'habitat potentiel des Magnoliers acuminés a été réduit par le défrichement à des fins d'agriculture. La perte d'habitat due à la coupe du bois et au défrichement est donc un facteur limitant pour cet arbre. De plus, la récolte de Magnoliers acuminés n'a pas été contrôlée et cette activité est une menace pour les populations actuelles. Cette espèce est aussi limitée par un potentiel reproducteur faible ainsi que par son besoin de clairières et d’ouvertures afin que ses semis s’établissent.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Magnolia acuminé est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Le magnolia acuminé se trouve dans la réserve nationale de faune de Long Point, qui fait partie du territoire domanial protégé par la LEP. Cette espèce est protégée aussi en certains endroits précis par la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. Cette loi interdit de nuire aux individus de cette espèce, de les harceler, de les tuer ou de les collecter, et de détruire leur habitat..

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Initiatives de rétablissement

État d'avancement de la planification du rétablissement

Programmes de rétablissement :

Nom : Programme de rétablissement du magnolia acuminé (Magnolia acuminata L.) au Canada
État d'avancement : Versions finales affichées dans le Registre des espèces en péril

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Magnolia acuminé

  • Donald Kirk - Président/Contact - Gouv. de l'Ontario
    Tél. : 519-826-4925  Envoyer un courriel

Haut de la page

Progrès et activités de rétablissement

Résumé des progrès réalisés jusqu’à présent Au cours des 25 prochaines années, l’équipe nationale de rétablissement du magnolia acuminé a l’intention de faire passer la population de cette espèce à 50 individus reproductifs dans au moins deux sites à l’intérieur de chacune des deux régions où elle est présente. Résumé des activités de recherche et de surveillance Entre 1998 et 2002, toutes les populations connues de magnolias acuminés ont été évaluées et surveillées, et leur habitat a été cartographié pour les besoins du Programme d’encouragement fiscal pour les terres protégées (voir Activités de rétablissement, ci dessous). De nombreux arbres ne produisent pas de fruit; les études sur la pollinisation indiquent deux causes probables. Premièrement, les magnolias acuminés sont devenus si éparpillés dans le paysage que la probabilité que des pollinisateurs transportent le pollen d’un magnolia à un autre est réduite. Deuxièmement, les pollinisateurs des arbres sont peut être, eux mêmes, rares. Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’écologie de la reproduction du magnolia acuminé, voir (en anglais seulement) www.isaontario.com/pages/Resources/spec_focus/02Sept_cucumber.php. L’Office de protection de la nature de la région de Long Point étudie en ce moment les exigences en matière d’habitat des jeunes magnolias acuminés et envisage la possibilité de mettre à l’essai des techniques d’amélioration de l’habitat, comme l’enlèvement des arbres à proximité de cette essence de lumière. Résumé des activités de rétablissement Une grande partie de la population de magnolias acuminés de l’Ontario se trouve sur des terres privées. Le Programme d’encouragement fiscal pour les terres protégées de l’Ontario offre un allégement fiscal aux propriétaires de terres privées qui protègent la portion de leur propriété dont il a été établi qu’elle constitue un habitat pour le magnolia acuminé (taille minimale : 0,5 acre). Depuis 1998, l’équipe de rétablissement a communiqué avec de nombreux propriétaires fonciers pour obtenir leur appui pour le rétablissement du magnolia acuminé. Une population importante de magnolias acuminés se trouve dans une propriété de 50 acres que protège et dont est propriétaire la North American Native Plant Society. La remise en état de l’habitat et des possibilités d’amélioration sont à l’étude pour ce site (voir www.nanps.org/feature/shiningtree.html, en anglais seulement).L’Office de protection de la nature de la région de Long Point protège trois parcelles de terre où se trouvent des magnolias acuminés. Tel qu’il a été mentionné ci dessus, des techniques d’amélioration de l’habitat seront peut être mises à l’essai sur ce site. Adresses URL www.isaontario.com/pages/Resources/spec_focus/02Sept_cucumber.php.www.nanps.org/feature/shiningtree.html

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

9 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le magnolia acuminé (Magnolia acuminata) au Canada (2010)

    Le magnolia acuminé (Magnolia acuminata) est un arbre du couvert forestier de la famille des Magnoliacées et peut atteindre 30 m de hauteur. Ses feuilles sont simples, alternes, oblongues-ovées à elliptiques, de 10 à 24 cm de longueur, à sommet acuminé. Les bourgeons n’ont qu’une seule écaille, couverte de poils duveteux courts. L’écorce est gris brunâtre, cannelée, à longues crêtes étroites, aplaties et écailleuses. Les fleurs sont jaune verdâtre, solitaires, de 6 à 8 cm de longueur. Le fruit immature est allongé et ressemble à un concombre, puis devient noueux, rouge et en forme de cône en mûrissant. À maturité, les graines ont un tégument charnu orange à écarlate et sont suspendues à un long filament.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

  • COSEPAC - Sommaire de l’évaluation et Rapport de situation : Magnolia acuminé, Magnolia acuminata (2010)

    Sommaire de l’évaluation – Avril 2010 Nom commun Magnolia acuminé Nom scientifique Magnolia acuminata Statut En voie de disparition Justification de la désignation Cette espèce du couvert forestier de la zone carolinienne du sud de l’Ontario est présente sous la forme d’une série de petites populations réparties dans une région au couvert forestier très fragmenté. La population totale canadienne s’établit à environ 200 individus. La plupart des sites ne comptent que quelques individus reproducteurs matures, et plusieurs sites ne comportent qu’un seul arbre et ne montrent aucun signe de régénération, ce qui rend l’espèce très vulnérable à certains événements catastrophiques, tels que les tempêtes de verglas. L’habitat de l’espèce est soumis en permanence aux effets des perturbations locales et du rétrécissement de la superficie de la forêt. Répartition Ontario Historique du statut Espèce désignée « en voie de disparition » en avril 1984. Réexamen et confirmation du statut en avril 1999, en mai 2000, et en avril 2010. Veulliez noter que ce Rapport de situation de COSEPAC est disponible en format PDF à l'hyperlien ci-dessous. Vous devrez fournir votre adresse courriel, et par la suite, vous recevrez un courriel qui contient un hyperlien qui vous permettra de télécharger le document. Une fois votre demande traitée, votre adresse courriel ne sera pas conservée et elle sera automatiquement éliminée de notre système.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Magnolia acuminé (2010)

    Cette espèce du couvert forestier de la zone carolinienne du sud de l’Ontario est présente sous la forme d’une série de petites populations réparties dans une région au couvert forestier très fragmenté. La population totale canadienne s’établit à environ 200 individus. La plupart des sites ne comptent que quelques individus reproducteurs matures, et plusieurs sites ne comportent qu’un seul arbre et ne montrent aucun signe de régénération, ce qui rend l’espèce très vulnérable à certains événements catastrophiques, tels que les tempêtes de verglas. L’habitat de l’espèce est soumis en permanence aux effets des perturbations locales et du rétrécissement de la superficie de la forêt.

Programmes de rétablissement

  • Programme de rétablissement du magnolia acuminé (Magnolia acuminata L.) au Canada (2007)

    La gestion du magnolia acuminé relève de la compétence du gouvernement provincial de l’Ontario et d’Environnement Canada (Service canadien de la faune, Région de l’Ontario). Selon les dispositions de la Loi sur les espèces en péril (LEP, article 37), le ministre compétent est tenu d’élaborer un programme de rétablissement pour toute espèce sauvage inscrite comme disparue du pays, en voie de disparition ou menacée. Le paragraphe 44(1) de la LEP autorise le ministre à adopter tout programme existant visant l’espèce dans la mesure où celui-ci répond aux exigences de la LEP en matière de contenu (article 41). Le magnolia acuminé a été désigné « espèce en voie de disparition » en vertu de la LEP en juin 2003. Le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a dirigé l’élaboration du présent programme de rétablissement pour cette espèce en collaboration avec le Service canadien de la faune, Région de l’Ontario, Environnement Canada. Les modalités de réception de ce programme par les compétences responsables sont présentées dans un addenda.

Plans d'actions

  • Plan d’action pour le magnolia acuminé Magnolia acuminata) au Canada (2015)

    Le ministre de l’Environnement est le ministre compétent en vertu de la LEP pour le rétablissement du magnolia acuminé et a préparé le présent plan d’action pour mettre en œuvre le programme de rétablissement, conformément à l’article 47 de la LEP. Dans la mesure du possible, le plan d’action a été préparé en collaboration avec le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 (2010)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du Canada, la fonction première du COSEPAC est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu’il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l’évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages et a revu le statut de 79 espèces (espèces, sous-espèces, populations). Lors de la réunion de novembre 2009, le COSEPAC a évalué ou revu le statut de 28 espèces sauvages. À sa réunion d’avril 2010, le Comité a évalué ou revu la classification de 51 espèces sauvages additionnelles (espèces, sous-espèces, populations). Le COSEPAC a revu la classification de 32 espèces sauvages déjà inscrites à l’annexe 1 de la LEP et leur statut a été confirmé (disparue du pays - espèce ne vivant plus à l’état sauvage au pays, mais qu’on trouve ailleurs -, en voie de disparition, menacée ou préoccupante). Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2009-2010 sont les suivants : Disparues du pays : 6 En voie de disparition : 39 Menacées : 16 Préoccupantes : 17 Données insuffisantes : 1 Le présent rapport présente au ministre le statut de 46 espèces nouvellement désignées comme disparues du pays, en voie de disparition, menacées ou préoccupantes et remplit les obligations du COSEPAC stipulées aux articles 25 et 26 de la Loi sur les espèces en péril. Un résumé complet et détaillé de l’évaluation de chaque espèce et la justification de la désignation de chacune d’entre elles se trouvent à l’annexe I du rapport. Depuis sa création, le COSEPAC a évalué 602 espèces sauvages correspondant à diverses catégories de risque, dont 262 en voie de disparition, 151 menacées, 166 préoccupantes et 23 disparues du pays. Au total, 13 espèces ont été désignées comme espèces disparues. À ce jour, 46 espèces sauvages ont été inscrites dans la catégorie « données insuffisantes » et 166 espèces ont été désignées comme « non en péril ». L’année en cours a été particulièrement productive pour le Sous-comité des connaissances traditionnelles autochtones (CTA) du COSEPAC. En avril 2010, le COSEPAC a approuvé les Lignes directrices des procédures et des protocoles relatifs aux connaissances traditionnelles autochtones. Ces lignes directrices établissent des principes clairs ayant été convenus quant à la collecte de connaissances traditionnelles autochtones dans l’accomplissement de la mission du COSEPAC prescrite au paragraphe 15(2) de la LEP (voir l’annexe III du rapport ci-joint). Nous sommes reconnaissants aux aînés des collectivités et aux experts pour l’aide généreuse et l’enthousiaste qu’ils ont apportés au Sous-comité dans la préparation des protocoles sur les CTA.

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Novembre 2010 (2010)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 février 2011 pour les espèces faisant l'objet de consultations normales; le 4 février 2012 pour les espèces faisant l'objet de consultations prolongées.

Description de la résidence

  • Justification de la résidence - magnolia acuminé (2007)

    Les individus de magnolia acuminé ne semblent pas utiliser un lieu d’habitation semblable à un nid ou à un terrier et, par conséquent, ne réunissent pas les conditions voulues pour être considérés avoir une résidence. Il n’y a donc aucune mesure de protection additionnelle accordée par la loi, outre celle qui est prévue par la protection de l’individu et de son habitat essentiel.

Descriptions dans la Gazette du Canada sur l'habitat essentiel