Profil d'espèce

Chien de prairie

Nom scientifique : Cynomys ludovicianus
Taxonomie : Mammifères
Distribution : Saskatchewan
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2011
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Annexe 1, Préoccupante


Recherche avancée

Liens rapides : | Photo | Description | Répartition et population | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Équipe de rétablissement | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Chien de prairie

Chien de prairie Photo 1
Chien de prairie Photo 2

Haut de la page

Description

Le Chien de prairie est un gros écureuil de terriers, de couleur jaunâtre, dont les parties supérieures sont brunes ou brun roux et le ventre est blanchâtre. Sa queue est relativement longue et a un bout noir distinctif. Le Chien de prairie pèse entre 1,0 et 1,5 kg et il est un peu plus petit qu’un chat domestique (environ 40 cm de long). Une habitude territoriale particulière du Chien de prairie est son comportement durant lequel il étire son corps verticalement, puis lance ses pattes de devant en l’air en lançant un cri semblable au jappement.

Haut de la page

Répartition et population

Les chiens de prairie habitent les prairies arides (les prairies à graminées courtes et les prairies à graminées mixtes) dans les grandes plaines de l’Amérique du Nord, à partir du nord de Chihuahua et de Sonora au Mexique jusqu’au sud de la Saskatchewan. Au Canada, ils ne se trouvent que dans la vallée de la rivière Frenchman et ses environs, et dans la partie la plus au sud de la Saskatchewan. Il n’y a pas de données qui décrivent directement la taille et les tendances des populations de cette espèce au Canada, mais il y a des estimations de leur aire de répartition totale. En 1995-1996, on a estimé que les 22 colonies de chiens de prairie connues en Saskatchewan occupaient 931,7 hectares. Ceci représente une augmentation de 36 p. 100 du total des régions de prairies occupées par l’espèce depuis 1985, alors que 14 colonies connues occupaient quelque 686,5 hectares. Plus récemment, des relevés de la densité de l’espèce ont été effectués. Les décomptes de 1997 ont indiqué une densité moyenne de 3,6 adultes et de 12,6 jeunes par hectare.

Haut de la page

Habitat

Les chiens de prairie habitent les vallées fluviales larges et plates, ainsi que des prairies en hautes terres. Ils y établissent de grandes colonies, creusant de vastes terriers dans le sol alluvial et colluvial profond et construisant de gros monticules. La végétation dans les colonies, et entourant celles-ci, est souvent dominée par la sauge (Artemesia) et l’agropyre (Agropyron). La végétation plus courte de ces régions aide l’espèce à mieux déceler les prédateurs.

Haut de la page

Biologie

Les chiens de prairie vivent en colonies dans les vallées fluviales et les prairies. Ils sont essentiellement herbivores, se nourrissant de plantes telles le brome (Bromus) et le chardon (Circium), mais parfois, ils mangent des insectes, dont les sauterelles et les coléoptères. Il y a en réalité très peu d’information disponible sur la biologie et l’écologie des chiens de prairie du Canada. Dans les régions plus au sud, les chiens de prairie s’accouplent dans leurs terriers au printemps, se reproduisent une fois par année et ont en moyenne 3 petits par portée. Les jeunes quittent habituellement leurs terriers 41 jours après la naissance. La gestation dure près de 35 jours et les jeunes commencent habituellement à se reproduire au cours de leur deuxième printemps, à l’âge d’environ 21 mois. La longévité maximale d’un Chien de prairie mâle est de 5 ans et la femelle peut vivre jusqu’à 8 ans. Il semble que les chiens de prairie sont les plus sociables des écureuils, vivant dans des groupes familiaux du genre harem-polygonaux au sein de leurs colonies et démontrant des comportements sociaux complexes. Le Chien de prairie n’est pas habituellement considéré comme étant une espèce qui hiverne, mais la population du nord pourrait hiverner afin de survivre aux rudes conditions hivernales.

Haut de la page

Menaces

Les chiens de prairie canadiens sont particulièrement vulnérables aux activités humaines et aux événements naturels car ils se trouvent à la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce et sont isolés géographiquement. Leur nature sociale et coloniale les rend très vulnérables aux maladies. De plus, les activités saisonnières et la survie des chiens de prairie sont vraisemblablement limitées par le climat. Le broutage et la perturbation des prairies par l’espèce mettent cette dernière en conflit avec les éleveurs de boeufs. Ils sont donc souvent perçus comme des animaux nuisibles par les humains, et cette intolérance humaine menace aussi l’espèce.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

L'espèces Chien de prairie est protégée en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. De plus amples renseignements sur la LEP, y compris sur la façon dont elle protège les espèces individuelles, sont disponibles dans le document Loi sur les espèces en péril : un guide.

Des colonies de chiens de prairie se trouvent dans le parc national des Prairies où elles sont protégées par la Loi sur les parcs nationaux du Canada. Le chien de prairie est protégé également par la Wildlife Act de la Saskatchewan. Cette loi interdit de nuire aux individus de l’espèce, et de les tuer ou de les harceler.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Équipe de rétablissement

Équipe de rétablissement du Putois d'Amérique / Chien de prairie

  • Joanne Tuckwell - Président/Contact - Agence Parcs Canada
    Tél. : 204-984-2416  Téléc. : 204-983-0031  Envoyer un courriel

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

10 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le chien de prairie (Cynomys ludovicianus) au Canada (2012)

    Le chien de prairie est un rongeur fouisseur diurne qui vit en colonies. Son corps mesure entre 35 et 42 cm, ses pattes sont courtes, sa queue est noire à l’extrémité, ses oreilles sont petites et brunes à brun rougeâtre, et sa fourrure ventrale est blanc cassé. Le chien de prairie, importante composante des écosystèmes indigènes des prairies à graminées courtes et mixtes, fournit un habitat de reproduction à deux espèces en voie de disparition, soit le Pluvier montagnard et la Chevêche des terriers. Il constitue aussi une proie importante de plusieurs espèces rares et en voie de disparition, notamment le putois d’Amérique (récemment réintroduit). La population canadienne de chiens de prairie est considérée comme une population locale distincte parce qu’elle est située dans la portion la plus septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce en plus d’être isolée des populations aux États-Unis.
  • Mise à jour Rapport de situation du COSEPAC sur le chien de prairie (Cynomys ludovicianus) au Canada (2000)

    Le chien de prairie ne se trouve que dans une très petite région du Canada, à la limite septentrionale de son aire de répartition, et il s’y trouve séparé géographiquement de ses congénères du Sud par une distance supérieure à la distance normale de dispersion de l’espèce. La population canadienne est donc particulièrement sensible aux activités humaines et à certains phénomènes naturels.

Sommaire de l'évaluation du COSEPAC

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Chien de prairie (2013)

    Ce petit mammifère est limité à une population relativement petite dans le sud de la Saskatchewan. Le changement de statut d’espèce préoccupante à espèce menacée est fondé principalement sur la menace de l’augmentation des sécheresses et la peste sylvatique, lesquelles pourraient causer d’importants déclins de populations si elles se produisent fréquemment. Les prédictions pointent vers une augmentation de la fréquence des sécheresses en raison des changements climatiques. La peste sylvatique a été enregistrée pour la première fois en 2010. Bien que la population canadienne se trouve dans une aire protégée, elle existe dans une petite zone et elle est isolée des autres populations, lesquelles sont toutes situées aux États-Unis.

Plans d'actions

  • Plan d'action visant diverses espèces du parc national du Canada des Prairies (2016)

    Le Plan d’action visant diverses espèces du parc national du Canada des Prairies couvre les terres et les eaux se trouvant à l’intérieur des limites du parc national du Canada des Prairies. Le plan satisfait aux exigences relatives aux plans d’action fixées par la Loi sur les espèces en péril (LEP, art. 47) en ce qui a trait aux espèces pour lesquelles il faut établir un plan d’action et qui sont observées régulièrement à cet endroit. Les mesures décrites dans ce plan profiteront aussi à d’autres espèces régulièrement présentes dans le parc national des Prairies pour lesquelles il existe des préoccupations quant à leur conservation.

Plans de gestion

  • Plan de gestion pour le chien de prairie (Cynomys ludovicianus) au Canada (2009)

    Le but du présent plan de gestion est d’empêcher que la population de chiens de prairie au Canada ne devienne menacée ou en voie de disparition, en faisant en sorte d’assurer une probabilité d’au moins 90 % que cette population soit toujours présente dans 100 ans. Dans le parc national des Prairies (Agence Parcs Canada), on laissera les populations de chiens de prairie fluctuer en réponse aux phénomènes naturels comme les sécheresses ou la prédation. Grâce à une surveillance régulière, on sera en mesure de détecter les modifications de la population et de prendre les mesures qui s’imposent si l’on enregistre un déclin substantiel menaçant la viabilité de la population de chiens de prairie au Canada, ou si l’expansion des colonies de chiens de prairie a des effets néfastes sur d’autres espèces en péril.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    La biodiversité diminue rapidement dans le monde entier, à mesure que certaines espèces disparaissent. On estime que le taux d’extinction est maintenant de 1 000 à 10 000 fois supérieur au taux naturel. Une corrélation positive a été établie entre la biodiversité et la productivité de l’écosystème, sa santé et sa résilience (c’est-à-dire la capacité de l’écosystème à s’adapter aux changements ou à se défendre contre les perturbations). Compte tenu de l’interdépendance des espèces, une perte de biodiversité peut réduire les fonctions et les services écosystémiques (par exemple les processus naturels comme la défense contre les organismes nuisibles, la pollinisation, la diminution des vagues sur la côte, la régulation de la température et la fixation du carbone). Ces services sont importants pour la santé des Canadiens et ont aussi des liens importants avec l’économie du pays. De petits changements au sein d’un écosystème qui ont pour effet la perte d’individus et d’espèces peuvent donc avoir des conséquences néfastes, irréversibles et variées.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2011-2012 (2012)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (1er septembre 2011 au 30 septembre 2012), le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 21 au 25 novembre 2011, et la deuxième, du 29 avril au 4 mai 2012. Le 3 février 2012, un sous-comité des évaluations d’urgence du COSEPAC a également évalué la situation de la pipistrelle de l’Est (Perimyotis subflavus), de la petite chauve-souris brune (Myotis lucifugus) et de la chauve-souris nordique (Myotis septentrionalis). Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 67 espèces sauvages. Les résultats de l’évaluation des espèces sauvages pour la période de déclaration 2011-2012 sont les suivants : Disparues : 1 Disparues du pays : 4 En voie de disparition : 29 Menacées : 10 Préoccupantes : 15 Données insuffisantes : 2 Non en péril : 6 Total : 67 Sur les 67 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 49 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 26 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente (voir le tableau 1a).

Documents de consultation

  • Consultation sur la modification de la liste des espèces de la Loi sur les espèces en péril Espèces terrestres - Décembre 2012 (2013)

    Dans le cadre de sa stratégie visant à protéger les espèces en péril, le gouvernement du Canada a adopté, le 5 juin 2003, la Loi sur les espèces en péril (LEP). L’annexe 1 de cette loi présente la liste des espèces qui sont protégées en vertu de la Loi, aussi appelée « liste des espèces sauvages en péril ». Veuillez envoyer vos commentaires au plus tard : le 4 mars 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations régulières; et le 4 octobre 2013 pour les espèces terrestres faisant l’objet de consultations prolongées. Processus de consultation.