Profil d'espèce

Merluche blanche Population de l’Atlantique et du nord du golfe du Saint-Laurent

Nom scientifique : Urophycis tenuis
Taxonomie : Poissons
Distribution : Océan Atlantique
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2013
Dernière désignation du COSEPAC : Menacée
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Merluche blanche

Protection

Protection fédérale

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

3 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Merluche blanche (Urophycis tenuis) au Canada (2014)

    La merluche blanche, Urophycis tenuis (Mitchill, 1815), est un poisson de la famille des Gadidés (Phycidés), une des nombreuses espèces apparentées à la morue (les gadiformes) qui vivent sur la côte Est du Canada. En anglais, la merluche blanche est appelée « white hake » et parfois « ling ». Ensemble, son barbillon caractéristique à l’extrémité de la mâchoire inférieure, ses deux nageoires dorsales et ses nageoires pelviennes allongées identifient au genre Urophycis ce poisson de l’ouest de l’Atlantique, au large du Canada. La merluche blanche se distingue de la merluche-écureuil (Urophysis chuss) par le nombre d’écailles sur la ligne latérale et le nombre de branchicténies qu’elle présente sur la partie supérieure du premier arc branchial.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réponse – Merluche blanche, population de l'Atlantique et du nord du golfe du Saint-Laurent (2015)

    Les adultes de cette population ont connu un déclin estimé à environ 70 % au cours des trois dernières générations. La majeure partie du déclin s’est produite avant le milieu des années 1990. La population est demeurée depuis assez stable et il y a eu peu de tendance générale dans la zone d’occupation. Les restrictions visant la pêche du milieu à la fin des années 1990 dans la majeure partie de l’aire de répartition sont peut-être responsables de la stabilisation des effectifs.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2013-2014 (2014)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année (octobre 2013 à septembre 2014), le COSEPAC a tenu deux réunions d’évaluation des espèces sauvages, la première du 24 au 29 novembre 2013, et la deuxième, du 27 avril au 2 mai 2014. Durant la période de déclaration en cours, le COSEPAC a évalué la situation ou revu la classification de 56 espèces sauvages. Disparues : 0 Disparues du pays : 0 En voie de disparition : 23 Menacées : 12 Préoccupantes : 20 Données insuffisantes : 0 Non en péril : 1 Total : 56 Sur les 56 espèces sauvages examinées, le COSEPAC a révisé la classification de 40 espèces dont la situation avait déjà été évaluée. La révision de la classification de 25 de ces espèces a confirmé que leur statut n’avait pas changé par rapport à celui qui leur avait été attribué lors de l’évaluation précédente.