Profil d'espèce

Dolly Varden Populations de l'ouest de l'Arctique

Nom scientifique : Salvelinus malma malma
Taxonomie : Poissons
Distribution : Yukon, Territoires-du-Nord-Ouest
Dernière évaluation du COSEPAC : novembre 2010
Dernière désignation du COSEPAC : Préoccupante
Statut de la LEP : Aucune annexe, Aucun statut

Les individus de cette espèce pourraient être protégés en vertu de l'annexe 1 de la LEP sous un autre nom. Pour plus d'information voir l'annexe 1, l'index des espèces de A à Z, ou le cas échéant, le tableau des espèces apparentées ci-dessous.


Recherche avancée

Liens rapides : | Description | Habitat | Biologie | Menaces | Protection | Programme national de rétablissement | Documents

Image de Dolly Varden

Description

Le Dolly Varden (Salvelinus malma) appartient à la famille des saumons et des truites (Salmonidae). Certaines espèces de cette famille sont anadromes (c'est-à-dire que durant leur cycle de vie, elles peuvent vivre en eau de mer et en eau douce) et d'autres sont non anadromes (ne vivent qu'en eau douce). Il y a deux sous-espèces connues au Canada: les populations de l'ouest de l'arctique ou «la forme nordique» (Salvelinus malma malma) et les population du Pacifique ou «la forme méridionale» (Salvelinus malma lordi ). La forme nordique du Dolly Varden a les caracéristiques suivantes: le corps est comprimé latéralement, de grands yeux sont situés au sommet d'une tête ronde de taille moyenne; le pédoncule caudal est long et large, la nageoire caudale est étendue, plate et généralement sans fourche; les juvéniles ont le corps brun, le ventre blanchâtre, de petits points rouges sur les côtés et sur le dos, et de huit à douze marques de tacon rectangulaires sur les côtés et sur le dos; les adultes ont de petits points de couleur rose pâle ou rouge encerclés; les mâles anadromes en frai sont de couleur brillante et développeront un crochet sur la mâchoire inférieure; les femelles, qui ne fraient pas, et les mâles non anadromes ont des couleurs moins éclatantes; les adultes anadromes atteignent une longueur de plus de 350 millimètres, tandis que les adultes non anadromes mesurent 300 millimètres ou moins.

Haut de la page

Répartition et population

La forme nordique du Dolly Varden vit dans le nordest de l'Eurasie et le nord-ouest de l'Amérique du Nord. En Amérique du Nord, l'aire de répartition de la forme nordique s'étend de la baie de Bristol jusqu'aux pentes du nord de l'Alaska et du Yukon, et à l'est de la rivière Mackenzie. Au Canada, la forme nordique habite également les bassins se jetant dans la mer de Beaufort. Environ 5 à 10 pour cent de la population globale vit dans les eaux canadiennes. La taille des différentes populations de cette espèce demeure inconnue, sauf pour certains sites.

Haut de la page

Habitat

Il y a plusieurs différents cycles biologiques de la forme nordique du Dolly Varden : i) les types anadromes résidant dans leur bassin natal depuis environ trois ans avant de migrer vers la mer pour se nourrir pendant l'été; ii) les mâles non anadromes vivant en eau douce aux côtés de poissons anadromes pendant l'automne et l'hiver, se reproduisant en « se faufilant » pour frayer avec des femelles anadromes; iii) d'autres types non anadromes vivant en amont des chutes, loin de la mer, ou dans les lacs. Les espèces anadromes et non anadromes passent l'automne et l'hiver dans des environnements d'eau douce riches en oxygène, avec d'abondantes aires d'abri et de végétation.

Haut de la page

Biologie

Le frai a lieu à l'automne dans les ruisseaux d'amont, où les femelles enfouissent leurs oeufs dans le gravier. Les alevins émergent en mai ou juin. Le Dolly Varden anadrome demeure dans son bassin d'eau douce environ trois ans, avant de migrer vers la mer. On le connaît alors sous le nom de « parr ». À ce stade, il évolue en « smolt », et développe la capacité de vivre en eau salée. À l'automne, il revient en eau douce. Les types non anadromes demeurent en eau douce toute leur vie durant.

Haut de la page

Menaces

Les changements climatiques, en particulier le climat plus sec et plus doux qui s'installe dans l'Arctique de l'Ouest, constituent une préoccupation majeure, de même que les niveaux d'eau plus faibles et le débit réduit des eaux souterraines, qui ont un impact dramatique sur l'habitat du Dolly Varden, en particulier en période de frai et d'hivernage. Les autres menaces comprennent la surpêche, le développement industriel en mer qui entrave la migration et les mouvements du Dolly Varden anadrome, ainsi que le développement d'infrastructures à terre qui perturbent les débits des réseaux d'eau douce et la qualité de l'eau.

Haut de la page

Protection

Protection fédérale

En 2012, des modifications à la Loi sur les pêches ont été adoptées et sont entrées en vigueur le 25 novembre 2013. La répartition du Dolly Varden se trouve dans les zones de pêche actuellement protégée en vertu de la Loi sur les pêches (i.e., la pêche commerciale, récréative ou autochtone), donc son habitat est aussi protégé. Pêches et Océans Canada évalue actuellement la pertinence d’inscrire le Dolly Varden (populations de l’ouest de l’Arctique) à la liste des espèces préoccupantes en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP). Pour obtenir davantage de renseignements sur la LEP, notamment pour savoir comment elle protège les espèces, consultez www.especesaquatiquesenperil.gc.ca ou le Registre public des espèces en péril : www.registrelep.gc.ca.

Protection provinciale et territoriale

Pour savoir si cette espèce est protégée par des lois provinciales ou territoriales, consultez les sites web des provinces et territoires.

Haut de la page

Documents

REMARQUE : Ce ne sont pas tous les rapports du COSEPAC qui sont actuellement disponibles dans le Registre public des espèces en péril. La plupart des rapports qui ne sont pas encore disponibles sont des rapports de situation pour des espèces évaluées par le COSEPAC avant mai 2002. Parmi les autres rapports du COSEPAC qui ne peuvent être consultés pour le moment, il y a ceux sur les espèces qui sont évaluées comme espèces disparues, espèces non en péril ou pour lesquelles des données sont insuffisantes. Dans l’intervalle, ils sont disponibles sur demande auprès du Secrétariat du COSEPAC.

6 enregistrement(s) trouvé(s).

Rapports de situation du COSEPAC

  • Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le dolly varden (Salvelinus malma malma) au Canada (2011)

    Le Dolly Varden appartient à la famille des saumons et des truites. On en reconnaît deux sous-espèces au Canada : la forme méridionale (« Dolly Varden – populations du Pacifique ») et la forme nordique (« Dolly Varden – populations de l’ouest de l’Arctique »). Le présent rapport porte sur la seconde de ces sous-espèces. À mesure qu’il gagne en maturité, le Dolly Varden (populations de l’ouest de l’Arctique) change de couleur et de forme et grossit, atteignant une longueur de plus de 350 mm dans le cas des adultes anadromes, et habituellement de 300 mm ou moins dans le cas des adultes non anadromes. Les juvéniles ont le dos brun et le ventre blanchâtre; ils portent de petits points rouges répartis irrégulièrement sur le dos et les flancs, et de huit à dix barres verticales rectangulaires sur les flancs. Les adultes non anadromes conservent ces barres, tandis que les adultes anadromes les perdent en milieu marin. Au moment du frai, la mâchoire inférieure des mâles anadromes s’allonge en forme de crochet et le corps prend des couleurs vives, avec des taches rouges à orange vif sur les flancs et un ventre rouge orangé. Les femelles anadromes adultes, les poissons qui ne frayent pas et les adultes non anadromes présentent une coloration plus terne.

Énoncés de réaction

  • Énoncé de réaction - Dolly Varden, Populations de l'ouest de l'Arctique (2011)

    Ce poisson d’habitats dulcicoles et marins de l’ouest de l’Arctique du Canada a une zone d'occupation très limitée associée à un nombre de localités relativement faible (17) qui sont essentielles pour le frai et l’hivernage. Les connaissances traditionnelles autochtones semblent indiquer des déclins dans certaines populations. La petite superficie et le nombre limité d’habitats clés rendent l’espèce particulièrement vulnérable aux perturbations ponctuelles (p. ex. surexploitation, événements stochastiques) et à plus grande échelle (p. ex. changements climatiques) qui pourraient éliminer ou dégrader les habitats.

Décrets

  • Décret accusant réception des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi (2016)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement, Son Excellence le Gouverneur général en conseil accuse réception, par la prise du présent décret, des évaluations faites conformément au paragraphe 23(1) de la Loi sur les espèces en péril par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) relativement aux espèces mentionnées à l’annexe ci-après.
  • Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril (2017)

    Sur recommandation de la ministre de l’Environnement et en vertu du paragraphe 27(1) de la Loi sur les espèces en péril, Son Excellence le Gouverneur général en conseil prend le Décret modifiant l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril, ci-après.

Rapports annuels du COSEPAC

  • Rapport annuel du COSEPAC - 2010 - 2011 (2011)

    En vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), la mission première du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est « d’évaluer la situation de toute espèce sauvage qu'il estime en péril ainsi que, dans le cadre de l'évaluation, de signaler les menaces réelles ou potentielles à son égard ». Au cours de la dernière année, le COSEPAC a organisé deux réunions d’évaluation des espèces sauvages pour évaluer le statut ou revoir la classification d'un total de 92 espèces sauvages.

Documents de consultation